Simon Compaoré : « Deux mandats maximum, pas plus » pour Roch Kaboré

Le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) était face à la presse le lundi 8 août 2016 pour se prononcer sur l’actualité nationale. De ce qui est de l’élection des exécutifs locaux, de l’adoption de la 2e loi rectificative de finances 2016 ou de la tenue du Traité d’amitié et de coopération entre le Burkina et la Côte d’ivoire (TAC), c’est une salve de félicitations qui a été adressée au Gouvernement Kaboré.

Dans sa déclaration, le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) a, à propos des nouvelles mesures fiscales proposées, invité le Gouvernement à mettre en œuvre « rapidement ces mesures, au regard de la situation financière difficile de la plupart des agents économiques dépendant de la dépense publique ».

Sur les dossiers de crimes de sang et économiques, le MPP se pose la question de savoir « où en est-on ? ». Et à Simon Compaoré de préciser : « s’il y a des gens qui sont très pressés pour que ces dossiers soient jugés, c’est bien nous !

Lire aussi : L’insurrection est « une réaction à une pathologie de l’organisme » et non un remède, selon le MPP

Parce que ça va être un point positif, poursuit le 2e vice-président du parti. C’est un point d’honneur pour ce pouvoir qui est venu aussi pour tourner véritablement et résolument la page ». Le MPP affirme souhaiter « vivement que 2017 ne voit pas ces dossiers inachevés».  

De ce qui concerne la mise en place de la Commission constitutionnelle censée accoucher de la nouvelle Constitution pour le passage à la Ve république, Simon Compaoré rassure qu’il n’y pas d’agenda caché. Pour lui, « l’essentiel a été déjà décliné. Nous avons dit qu’il s’agit de renforcer les acquis. Ensemble, nous avons dit plus jamais de tripatouillage au niveau de cet article (37, ndlr) qui nous a fait trop de mal ».

Lire aussi, Simon Compaoré à Ablassé Ouédraogo : « Si j’étais dans ce cas, walayi j’allais me cacher pendant un certain temps »

Dans le nouveau format de la Constitution, selon Simon Compaoré, « il ne peut y avoir plus de deux mandats » pour un président. « C’est fini », professe-t-il. « De toutes les façons, indique-t-il, le président Roch Kaboré a été élu pour deux mandats, si on s’en tient à cette Constitution. Deux mandats maximum. Pas plus ».

Ignace Ismaël NABOLE

Burkina 24



Ignace Ismaël NABOLE

Journaliste reporter d'images (JRI).

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page