E-gouvernement : L’Ile Maurice arrive en tête en Afrique

349 0

Une enquête publiée par les Nations Unies sur les progrès de la promotion de l’e-gouvernement révèle que  l’utilisation de l’internet par les gouvernements peut aider à la mise en œuvre effective du Programme de développement durable à l’horizon 2030 et ses 17 objectifs (ODD). Une étude qui conforte la directrice de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNICEF) et le directeur de l’Union internationale des télécommunications. Eux qui œuvrent pour la promotion de la connectivité à haut débit dans l’intérêt du public.

L’étude révèle que l’administration électronique est un outil efficace pour faciliter des politiques intégrées en faisant la promotion d’institutions responsables et transparentes à travers des données ouvertes et la participation électronique, la prise de décision participative et la promotion des services en ligne pour combler le fossé numérique.

« Le monde est à la croisée d’avancées technologiques qui peuvent ouvrir de vastes horizons pour la croissance et le développement », a déclaré la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, en présence du Secrétaire général de l’UIT, Houlin Zhao. C’était lors de la rencontre de dirigeants et experts de la Commission, issus d’agences des Nations Unies, de la société civile et d’un large éventail de représentants du secteur privé à Dubaï en début mars 2016.

Aujourd’hui encore, a déploré Irina Bokova, 1,3 milliard de personnes ne sont pas reliées à l’électricité, et plus de quatre milliards de personnes n’ont pas accès à internet. « L’accès et la connectivité, a-t-elle ajouté, sont essentiels pour les sociétés partout dans le monde ».

Au niveau régional, l’enquête révèle que l’Europe (Royaume-Uni en tête) continue d’être le principal fournisseur d’e-gouvernement, suivie par les Amériques (Etats-Unis), l’Asie, l’Océanie et l’Afrique, où l’Ile Maurice est le plus performant. Selon l’étude, l’e-gouvernement a augmenté à un rythme rapide au cours des 15 dernières années. Et depuis 2014, les 193 États membres de l’ONU ont une forme de présence en ligne.

Il ressort cependant du rapport que malgré le redoublement d’efforts pour utiliser les services électroniques et mobiles au bénéfice de tous et l’augmentation de l’accès au haut débit, des disparités régionales importantes persistent. Et pour assurer l’accès universel à l’internet dans les pays les moins avancés, tous les pays ont convenu ensemble et ce conformément à l’Objectif de développement durable numéro 9, de la nécessité de fournir un effort important.

A Dubaï, les dirigeants et experts de la Commission ont formulé des objectifs pour la connectivité en haut débit mesurables et concrets. Des objectifs qui seront soumis pour approbation à la prochaine réunion plénière de la Commission à New York en septembre. « Ces Accords pourraient servir de tremplin pour les prochains objectifs de la Commission du haut débit pour tous », a déclaré le Secrétaire général de l’UIT, Houlin Zhao.

Et « le haut débit, ajoute-il, peut permettre d’avancer plus rapidement vers la réalisation des 17 ODD. De nouveaux réseaux et services de haut débit joueront un rôle clef dans les prestations de l’éducation, de la santé et des services sociaux de base, en particulier pour les communautés défavorisées ».

Synthèse de Oui Koueta

Source : un.org

Burkina24

Oui Koueta

'The vitality of a country can also be measured through that of its journalists'

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre