Burkina : Elles dorment au stade du 4-Août pour préparer leur concours

908 2

Sous l’écriteau de la porte n ° 16 du Stade du 4-Août de Ouagadougou, deux sacs à dos sont posés. Un de couleur noire et l’autre dominé par le gris. Un pagne en guise de natte, des coques d’arachides à 50 cm de la « natte », un bidon d’eau, Pélagie Sinkondo et Elisabeth Sinkondo mangent de l’attièkè dans un sachet bleu. Ce vendredi 12 août 2016, elles vont dormir à la belle étoile.

Arrivées le jeudi 11 août 2016, Pélagie Sinkondo et Elisabeth Sinkondo, dont les âges effleurent la vingtaine, ont élu domicile au stade du 4-Août de Ouagadougou. Contraintes d’y séjourner car n’ayant pas un parent dans la capitale qui pourrait les héberger, ces deux jeunes filles ont quitté le village de Boni vers Houndé pour Ouagadougou afin de passer les épreuves sportives du concours de la Police qui se déroulent le samedi 13 août 2016.

Pélagie et Elisabeth sont cousines. A la question de savoir pourquoi avoir choisi ce lieu pour séjourner, Pélagie, plus souriante et en confiance se lance : « Nous n’avons pas de parents ici. Comme on voit les gens dormir ici, voilà pourquoi nous aussi nous avons trouvé une place pour dormir et attendre le sport ». Et quand il pleut ? poursuivons nous. Toujours avec le sourire, la réponse qui vient de Pélagie est toute simple : « on se colle au mur et on se couvre avec les pagnes ».

Une porte plus loin, nous trouvons trois Sawadogo

Malgré cette sérénité apparente, la peur, elles la connaissent. « On nous a dit qu’il y a des gens qui peuvent venir la nuit ici, explique Pélagie. On a un peu peur, donc on s’approche des autres candidats pour passer la nuit ». Ainsi, Pélagie Sinkondo et Elisabeth Sinkondo ne sont pas les seules aspirantes pour le concours de la Police à trouver gîte au stade du 4-Août de Ouagadougou.

Après avoir laissé les deux cousines ce vendredi 12 août 2016 vers 19h 30, une porte plus loin, nous trouvons trois Sawadogo. L’un vient de Ouahigouya et les deux autres (cousins aussi) de Kongoussi, plus précisément du village de Douaga.

Ces jeunes dorment aussi au stade du 4-Août en attendant les épreuves sportives du concours de la police - ©Burkina 24
Ces jeunes dorment aussi au stade du 4-Août en attendant les épreuves sportives du concours de la police – ©Burkina 24

Moussa Sawadogo, 20 ans vient de Ouahigouya. Il est également à Ouagadougou depuis le dimanche 7 août 2016 pour la même raison que les Sinkondo. 

« On n’a pas le choix »

Sans tuteur, il a trouvé refuge au stade du 4-Août. « Si tu n’as pas quelqu’un pour venir te chercher, tu es obligé de venir dormir ici », explique-t-il. Sur sa sécurité, Moussa avoue qu’il a peur, « mais on n’a pas le choix », susurre-t-il. Des mésaventures, il a failli en rencontrer :

« Hier nuit (jeudi nuit, ndlr), je dormais et deux jeunes sont venus dormir avec moi. Je leur ai demandé s’ils sont des candidats ? Ils m’ont dit qu’ils sont venus pour le sport de la police. Mais je savais qu’ils mentent. Parce qu’ils n’avaient pas de sacs, rien. Il n’y a pas quelque chose qui montre qu’ils sont venus pour le sport. En tout cas, si tu dors ici, tu as un peu peur. Si on vole ta carte d’identité et ton récépissé, ça provoque beaucoup de problèmes ».

Quant aux deux autres Sawadogo de Kongoussi, Guillaume et son cousin Mathias, ils sont venus à Ouagadougou plus récemment. Ils sont arrivés ce vendredi même dans la matinée. Tous espèrent passer les épreuves sportives le samedi 13 afin de pouvoir renter chez eux. A la question de savoir s’ils ont un appel à lancer aux autorités, la réponse  de Mathias Sawadogo est sans équivoque :« Non ».

Ignace Ismaël NABOLE

Burkina 24



Ignace Ismaël NABOLE

Journaliste reporter d'images (JRI).

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *