Regardé « de haut comme la tour Eiffel », Black M « préfère ne rien voir comme Amadou et Mariam »

231 0

Il avait déclaré qu’il ne pouvait pas « rester sans réponse face aux propos d’une extrême violence »  tenus par le Front national à son égard avant la commémoration de la bataille de Verdun. Bataille qui a connu la participation des tirailleurs sénégalais et qui a abouti à la libération de la France. Des propos qui l’avaient attristé et qui touchent également des milliers d’autres Français. Attendu depuis quelques semaines, le titre « Je suis chez moi » de l’album en préparation « Eternel insatisfait » du musicien Black M, membre du groupe Sexion d’Assaut a été publié il y a quelques heures.

Le Front national a été à l’origine de la polémique suivie de l’annulation du concert de Black M pour la commémoration du centenaire de Verdun. Eh bien, certains de ses propos sont adressés à Marion Maréchal Le Pen, la fille de la Présidente du parti d’extrême droite. Elle qui avait souhaité le 11 mai dernier un #VerdunSansBlackM pour avoir qualifié la France de « pays de kouffars » dans le titre « Désolé ».

Black M lui a réservé un passage dans Je suis chez moi. « La France est belle, mais elle me regarde de haut comme la tour Eiffel. J’ai vu que Marion m’a tweeté. De quoi elle se mêle ? Je sais qu’elle m’aime. Je suis Français », chante-t-il.

Black M

Je suis chez moi

Cependant, l’élue frontiste n’a pas toujours dit du mal de l’artiste, de son groupe et des autres rappeurs français d’origine africaine. En juin 2015 dans une interview accordée au magazine Charles, elle déclarait : « Il y a un rappeur que j’aime bien, même si je ne suis pas d’accord avec tout ce qu’il dit sur le fond, mais je trouve qu’il a un talent d’écriture, c’est Youssoupha. J’aime beaucoup Sexion d’Assaut et Maître Gims aussi ».

Black M qui dit être « tiraillé » comme son grand-père, ce qu’il trouve « dommage »,  déclare  préférer « ne rien voir comme Amadou et Mariam ». A noter que le couple de chanteur de même que le rappeur Youssoupha figure dans le clip avec un t-shirt arborant « justice pour Adama », ce jeune Malien décédé suite à son interpellation le 19 juillet 2016. Pour terminer, l’artiste célèbre la France multiraciale avec ses citoyens aux origines diverses. « Je suis noir, je suis vert, je suis jaune, je suis blanc, je suis un être humain comme toi, je suis chez moi, fier d’être Français d’origine guinéenne ».

Oui KOETA                                 

Burkina24

Oui Koeta

'The vitality of a country can also be measured through that of its journalists'

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre