Etablissements privés du Burkina : L’UNEEP-L présente son nouveau bureau et interpelle l’Etat

747 0

Les responsables de l’Union nationale des établissements d’enseignement privés laïc (UNEEP-L) étaient à nouveau face à la presse ce vendredi 2 septembre 2016 à Ouagadougou. L’objectif principal était de présenter les conclusions du 13e Congrès qu’elle a tenu les 28, 29 et 30 juillet derniers et d’évoquer l’actualité du secteur à l’orée de la rentrée scolaire.

Les réflexions menées durant 3 jours ont conduit à des modifications dont les plus significatives sont, entre autres, la révision des critères de répartition de la subvention de l’Etat, la création d’une commission spécialisée chargée du contrôle interne du fonctionnement du bureau exécutif national, le changement de la composition dudit bureau.

Le bureau entrant de l’UNEEP-L sera conduit par Issa Compaoré. Ce nouveau bureau est composé d’un vice-président, Dr Désiré Nacoulma, d’un Commissaire chargé de l’enseignement supérieur, Gaston K. Gnoumou, d’un Commissaire chargé de l’enseignement post-primaire et secondaire, Abraham Baziémo.

Un Commissaire chargé de l’enseignement technique et de la formation professionnelle, Ambroise Dianda, un Commissaire chargé de l’enseignement primaire, Michel K. Sia, un autre Commissaire chargé de l’enseignement préscolaire, Abadansia Ali Lilou, une Trésorière générale, Gwladys Annie Bationo, un Secrétaire chargé de l’organisation et de la formation, Bénoît Illy, et un Secrétaire chargé de l’information et de la communication, Dr Honorine Sangaré/Illa, font également partie du nouveau bureau.

Ce bureau aura la responsabilité, selon son Président, Issa Compaoré, de mettre en œuvre les réformes, d’élaborer le plan stratégique de l’UNEEP-L, de renforcer le partenariat public/privé, de renforcer la contribution des membres de l’Union à l’effort de scolarisation, d’œuvrer à la mise en œuvre de la nouvelle convention collective et d’œuvrer à l’application de la convention d’éducation par l’Etat.

« Le 13e Congrès tenu sous le thème général « Investir dans le secteur privé de l’éducation : Défis et perspectives » a connu une très forte participation des acteurs de l’éducation dont des autorités, des partenaires et 300 fondateurs venus des 13 régions du Burkina », a noté Issa Compaoré. Les autorités et les partenaires, dit-il, ont réaffirmé leur soutien à l’éducation et à la formation et leur disponibilité à accompagner l’Union.

Le président de l’UNEEP-L a par ailleurs reconnu que la rentrée 2016-2017 s’annonce avec des tensions notamment les arriérés de paiement des frais de scolarité des élèves affectés du continuum, la non prise en charge des enseignants du privé lors des formations et la réquisition des établissements privés comme centres d’examen.

« En ce qui concerne les frais de scolarité des élèves affectés, seulement 634.090.000 F CFA ont été versés à certains établissements. Le reliquat est d’environ 2 milliards de F CFA. La majorité des établissements font face à des difficultés financières en raison du non-paiement de la dette depuis bientôt deux ans (2014-2016) », regrette Issa Compaoré.

Au regard des nombreuses difficultés qu’éprouvent ses membres pour bien fonctionner et s’inscrivant dans le cadre de la négociation avec le ministère de tutelle, les responsables de l’UNEEP-L ont demandé une fois de plus au gouvernement burkinabè de prendre ses responsabilités afin de régler le passif pour une bonne rentrée scolaire 2016-2017.

Ils demandent aussi et surtout la contribution des parents d’élèves pour permettre un bon fonctionnement des établissements membres de l’Union.

Noufou KINDO

Burkina 24



Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *