Fada : Des malfrats “capables de se rendre invisibles” aux arrêts

650 0

La Brigade de recherches de Gendarmerie de la ville de Fada N’Gourma a présenté à la presse, ce lundi 5 septembre 2016, un groupe de présumés criminels. Ces derniers sont spécialisés dans les vols et cambriolages. Equipés de pouvoir mystique, ils seraient capables de prédire tout danger, de se rendre invisibles et d’endormir profondément leurs victimes avant d’opérer.

Depuis quelques mois, malgré la forte existence des Koglweogo dans le grand Est, la Brigade de recherches de Gendarmerie de Fada enregistrait plusieurs plaintes relatives à des vols et cambriolages. Plusieurs cas de cambriolages et d’agression à domicile suivie de vols de biens ont été enregistrés par la sous-unité.

De retour d’un cimetière

Les auteurs de ces méfaits, restés longtemps inconnus, semaient la panique notamment à Fada. Mais la gendarmerie a pu mettre la main sur un groupe criminel qui, selon elle, quitte l’ordinaire. Le chef de gang du nom de Thiombiano Bado Lazare est très bien connu des services de sécurité. «Il a été interpellé à plusieurs reprises. Il a même fait 4 fois la Maison d’arrêt et de correction de Fada », informe d’ores et déjà le Commandant de la Compagnie de Fada, Boukary Drabo.

Le matériel saisi chez les présumés bandits
Le matériel saisi chez les présumés bandits

Tout est parti d’une patrouille survenue vers 2h du matin, il y a environ 10 jours quand le sieur Thiombiano Bado Lazare a été interpellé en possession d’un pic à gaz, d’une cisaille, d’une machette, des amulettes et d’un tissu de linceul.

 Interrogé sur la détention de ces objets, il dit revenir des cimetières d’où il aurait profané des tombes. Et la Brigade de recherches, procédant à une enquête poussée, s’est rendue compte qu’il s’agissait d’un malfaiteur auteur de plusieurs cambriolages.

Son interpellation fait suite à celle de 5 autres personnes complices. Il s’agit de Compaoré Harouna (acolyte et receleur), Tindambiga Djabaro (féticheur, complice et receleur), Souabou Moutandi (féticheur, complice), Ouoba Ahandi (receleur) et Karane Seydou (receleur). Leur mode opératoire consistait à la fracture des portes à l’aide notamment d’un pic à gaz avant d’enlever les crochets.

Mystique

« Ils pouvaient aussi grâce aux cisailles ou arrache-clous enlever quelques lames des fenêtres pour pouvoir s’introduire dans le domicile de leur victime. Ils s’étaient attachés les services de deux féticheurs dont l’un a pour rôle de leur garantir tout pouvoir mystique leur permettant de se rendre invisibles et d’endormir profondément les victimes et le second a pour mission de prédire tout danger et de receler le matériel, objet de vol », fait savoir Y. Fidèle Yaméogo, Commandant de la Brigade de recherches de Fada.

Les objets volés à Fada étaient bradés dans les villes de Tenkodogo, Bogandé, Ouagadougou, Cinkansé et dans les villages environnants. Il s’agit d’un grand réseau qui, selon le Commandant, opérait allègrement dans la cité de Yendabri et poussait l’outrecuidance jusqu’à tendre ses tentacules à Cinkansé, Tenkodogo, Bogandé et Ouagadougou.

L’enquête a conduit à la récupération d’objets de plusieurs natures dont des congélateurs, appareils de sono, motos, téléviseurs, téléphones, plaques solaires, costumes, pneus neufs de remorque, bidons d’essence, etc. La plupart des victimes qui ont visité le butin saisi ont reconnu chacune au moins un des matériels leur appartenant. Après vérification, ces matériels leur ont été remis symboliquement.

Récidivistes

Les recherches en vue de démanteler d’éventuels acolytes, complices et receleurs sont en cours. Mais, pour le Commandant Fidèle Yaméogo, les deux acolytes à savoir Thiombiano Bado Lazare et Compaoré Harouna, opérant la nuit, en réunion et par effraction sont « des récidivistes notoires ».

Selon le Code pénal, les auteurs de ces actes criminels ainsi que leurs complices et receleurs sont passibles des peines d’emprisonnement ferme de 5 à 10 ans. Pour le moment, le groupe démantelé sera présenté devant le Procureur du Faso près le Tribunal de Grande Instance de Fada N’Gourma.

Le coup de gueule du Commandant Boukary Drabo

 

Le commandant Drabo (bras croisés) et ses collègues lors de la conférence de presse
Le commandant Drabo (bras croisés) et ses collègues lors de la conférence de presse

« Aux féticheurs de donner le wack (gris-gris), si réel, aux bienfaiteurs et jamais aux voleurs car si le voleur est pris, le féticheur l’est aussi », a déclaré le commandant Drabo.

 La conférence de presse a été par ailleurs marquée par des témoignages de victimes notamment un journaliste. « Nous ne pouvons pas dire que le wack est fort, mais c’est Dieu qui est fort », conclut le Commandant Drabo.

Les Gendarmes ont également saisi l’occasion pour lancer encore un appel aux populations pour plus de collaboration avec les Forces de défense et de sécurité afin d’éradiquer le fléau de la criminalité sous toutes ses formes.

Des numéros verts sont  toujours disponibles : le 16, le 17 et le 1010 pour dénoncer toute activité suspecte.

Noufou KINDO

Burkina 24

Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *