Gilles Thibault : «Le Burkina est définitivement accroché au club des démocraties modernes »

309 0

L’ambassadeur Gilles Thibault a déclaré à sa sortie d’audience accordée par le Premier ministre Paul Kaba Thiéba quitter le Burkina Faso à un moment où il a « définitivement » rejoint le club des démocraties modernes avec en sus la conviction que « celui qui restera longtemps, restera parce que le peuple l’aura choisi et qu’il aura contribué au développement du pays ». Estimant avoir appris à aimer le continent à partir du Pays des Hommes intègres, le diplomate déposera sa valise au Cameroun en Afrique centrale après trois ans en poste à Ouagadougou.

Des jeunes « motivés pour participer au développement du pays »

Le diplomate français a annoncé à sa sortie d’audience qu’il quittera le pays samedi après avoir contribué à bâtir une « relation franco-burkinabè particulièrement riche, dense, dynamique et qui va continuer à l’être ». Gilles Thibault a dit surtout être « frappé » par le chemin emprunté par le Burkina. « Il y a, assure-t-il, une volonté des autorités nouvelles élues dans des conditions magnifiques de développer le pays, d’agir pour la jeunesse et de régler les principaux problèmes. Je suis heureux de constater la détermination à aller de l’avant ».

L’audience a été selon lui une occasion de redire au chef de l’exécutif, que le soutien de la France est « acquis » au Burkina. Il a ajouté qu’il a trouvé le Premier ministre « très préoccupé » par les questions économiques. La rencontre avec celui a servi de créneau pour revenir sur la mobilisation des amis et donateurs qui se réuniront à l’automne prochain (septembre – décembre) dont il a fait cas le 14 juillet à l’occasion du 227 ème anniversaire de la Prise de la Bastille.

Lire aussi

Gilles Thibault : «Les Burkinabè n’ont de leçons à recevoir de personne »

Burkina24

Gilles Thibault a annoncé la venue d’une délégation du patronat français au pays avant la conférence internationale à Paris « qu’il convient, dit-il, de préparer avec le plus grand soin ». Et selon le diplomate, le pays a besoin d’investissements. Comme pour convaincre ses compatriotes, Gilles Thibault a déclaré que ceux-ci trouveront « sur place des jeunes travailleurs, motivés pour participer au développement du pays ».

« Ce qui me frappe, a affirmé le diplomate, c’est que le Burkina est définitivement accroché au club des démocraties modernes ». Il dit croire surtout qu’il y aura des alternances « régulièrement » dans le pays, car continue-t-il « il y a une conscience politique forte, une volonté de la jeunesse d’avoir des changements. Et ils se produiront ».

Et pour cause affirme le diplomate, « plus que jamais, les hommes politiques sont face à leurs responsabilités et savent qu’ils auront rendez-vous tous les cinq ans pour rendre des comptes et que personne n’est assis sur un siège ad vitam  aeternam (pour la vie éternelle, ndlr), que celui qui restera longtemps, restera parce que le peuple l’aura choisi et qu’il aura contribué au développement du pays ».

Il s’envolera samedi du Burkina mais pas hors du continent. « Je reste en Afrique. J’ai appris en étant au Burkina Faso à aimer ce continent », a déclaré Gilles Thibault, qui déposera ses bagages en Afrique centrale à partir de la mi-septembre comme ambassadeur de France au Cameroun.

Oui Koueta

Burkina24

Oui Koueta

'The vitality of a country can also be measured through that of its journalists'

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre

Burkina : L’UPC a 10 ans

Posté par - 27 février 2020 0
En marge de la Commémoration de la décennie d’existence de l’Union pour le Progrès et le Changement (UPC), le comité…