Lutte contre l’insécurité : La télésurveillance, une piste à explorer

819 0

Les cambriolages et les braquages, qui deviennent légions au Burkina, et plus particulièrement à Ouagadougou, pourraient être évités, ou à défaut, être traités avec diligence grâce à la télésurveillance. Ou si vous voulez, la surveillance à distance.

La surveillance à distance est le nouveau rempart de BBS Holding contre l’insécurité galopante au Burkina Faso.

H24 télésurveillance, le nom donné à ce label, dispose de trois embranchements à savoir, la vidéosurveillance, la géolocalisation et le système d’alarme, tous coordonnés et gérés en un seul centre, hautement « sécurisé ».

La plateforme vidéosurveillance, explique le chef du centre, Constant Tchakpi, « permet de recevoir l’ensemble des images des caméras installées sur les sites ».

Quant au système de géolocalisation, il permet, dit-il, de suivre à la trace les véhicules ou les motos, grâce à des balises préalablement installées et émettant la position, la vitesse et le trajet parcouru par ces engins.

Une innovation sécuritaire aux avantages multiples   

A en croire le président de BBS Holding Arouna Nikiema, ces nouveaux outils, mis à la disposition des particuliers, des sociétés et des institutions, offrent plusieurs garanties de sécurité.

Ils permettent, a-t-il dit, en cas d’intrusion, d’incendie ou de braquage, une réaction instantanée du centre de télésurveillance qui, le plus souvent, agit de concert avec les forces de défenses et de sécurité, habilitées pour l’intervention.

De son avis toujours, plusieurs cas de vols, récemment médiatisés, auraient pu être évités avec ces dispositifs, car ils permettent une surveillance à distance et une intervention rapide, et ce, même si les victimes sont endormies par les auteurs de ces actes tel que le rapporte souvent la presse.

De même, la géolocalisation, à l’en croire, permettrait de réduire considérablement les accidents de la circulation, les vols de véhicules et de motocyclettes. Grâce à la remontée d’information avec les balises, a-t-il expliqué, le centre de surveillance peut s’informer sur l’identité du conducteur, et lorsque la vitesse configurée ou la zone prédéfinie est excédée, il peut, en cas de besoin,  « alerter ou couper tout simplement le moteur ».

Agir selon la loi

Selon Arouna Nikéma, les  équipements et les activités en lien avec H24 télésurveillance sont conformes aux normes internationales mais aussi aux lois du pays.

A titre d’exemple, il a affirmé que « la vidéosurveillance est installée uniquement sur des sites privés ». Cela, parce que la règle juridique prévoit que cette action sur la place publique est du ressort exclusif de l’Etat, a-t-il fait savoir.

Tout en invitant le public à se procurer ces outils, surtout en cette saison pluvieuse où, selon lui, l’insécurité va grandissante, le président de BBS Holding a signifié que l’objectif de son groupe est « de vulgariser le système pour permettre à tout le monde de pouvoir s’en acquérir ».

Mamady Zango

Burkina24

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *