Soirée hommage à Ablo Zon : “Il avait la musique dans le sang”

695 0

Abdoulaye Zon dit Ablo Zon, un batteur émérite burkinabè, quittait pour toujours sa famille artistique, ses parents et amis le 8 août 2016 des suites d’une courte maladie à Ouagadougou.  Très connu du monde des artistes pour avoir collaboré avec la plupart d’entre eux, ces derniers lui ont rendu un vibrant hommage ce samedi 10 septembre 2016 au palais de la culture Jean-Pierre Guingané à Ouagadougou en présence de ses parents, amis et d’un public  qui a effectué le déplacement qui, pour découvrir l’homme, qui pour lui rendre hommage.

C’est sans trop de protocole que des artistes se sont relayés sur la scène dressée pour l’occasion pour rendre à leur manière hommage à Ablo Zon. Puis a suivi un film documentaire qui retrace la vie de l’homme depuis son enfance et son évolution dans le milieu artistique au grand bonheur de ceux qui l’ont connu qu’en tant que batteur.

Parcours

Ablo a fait partie du groupe « Les petits chanteurs aux poings levés » et ce, à l’âge de 11 ans où il a commencé à jouer à la clochette. Avec ce groupe créé sous la Révolution par le président Thomas Sankara, il jouera dans  la sous-région ouest africaine, le Congo, en Lybie, à Cuba et en Corée du Nord.

Les artistes ont rendu hommage à Ablo Zon - © Burkina24
Les artistes ont rendu hommage à Ablo Zon – © Burkina24

Ablo Zon est le fils de son père, le célèbre guitariste Boukary Zon. Après la dislocation du groupe avec la mort du père de la Révolution, il n’a pu se consacrer à ses études comme le souhaitaient ses parents.

Il assistait son père dans ses répétitions et lui donnait des coups de mains lors des balances.

C’est en 1992 qu’il commence sa carrière en tant que batteur quand son père l’amena à Kaya pour remplacer un batteur indisposé.

Il évoluera au sein du «Benda Band », « MKZ », « Achille Bass », « Djongo », « Wassamana », « Veeneem », l’orchestre national,  « Jazz Orchestra du Burkina », le célèbre groupe sénégalais « Xaalam ». Au gré de ses nombreux voyages, il a rencontré des virtuoses de la batterie comme l’Ivoirien Paco Sery, le Cubain Julio Barretto ou le Français Olivier Monteins.

Artiste dans l’âme

Ablo Zon du haut de ses 40 ans n’avait rien à prouver sur scène. Il était une référence pour ceux qui connaissaient et aimaient la musique live et surtout pour la nouvelle génération de batteurs dont il a formé plusieurs d’entre eux.

«C’était l’un des meilleurs musiciens burkinabè, sur le plan artistique et musical(…). En matière de batterie, c’était l’un des meilleurs batteurs africains dans le Jazz parce que comme j’aime le dire, il avait je jeu batteristique que tout le monde n’a pas », dit Anselme Sawadogo, ami du défunt.

Son apport au plan artistique a été très important, apprécie ses pairs. « C’était un très grand musicien. Il a apporté beaucoup au niveau des rythmiques, de la batterie. Il a aidé au développement de toutes les rythmiques burkinabè, il les a améliorées. Il avait la musique dans le sang. Il y en a qui font la musique et il y en a qui ont la musique. Ablo avait la musique dans son sang. Il pouvait jouer ma batterie avec ses mains », explique Toujours Bil Aka Kora, l’un des organisateurs de la soirée. En rappel, il fut le premier Africain à remporter  le « Djongo d’or » de la révélation, un prix international de Jazz en 2010 à Jazz à Ouaga.

Social

L’homme était aussi apprécié du monde artistique burkinabè, à entendre les témoignages des uns et des autres.

ablo-zon« Ablo était quelqu’un qui n’était jamais compliqué et efficace, qui répondait toujours quand on avait besoin de lui. Il était ouvert. Il est parti tôt mais il a déjà donné tout. C’est difficile pour nous, on aimerait avoir Ablo pour toujours . Ce n’est pas simple mais on va continuer », laisse entendre Bil Aka Kora.

Si le père et la mère toujours affligés par la perte de leur fils n’ont pas souhaité s’exprimer, son épouse, Ivette Zon, la gorge nouée; ne saura quoi dire que de remercier le public et les artistes burkinabè pour avoir organisé cette soirée à l’honneur de son époux.

Grand batteur, il était aussi chanteur. Merry, Remecca, Smockey, Nourat  et bien d’autres artistes ont repris un de ses titres pour clore la soirée.


Quelques artistes que Ablo Zon a accompagnés en studio et sur scène

Ablo Zon a beaucoup travaillé avec Bil Aka Kora
Ablo Zon a beaucoup travaillé avec Bil Aka Kora

Burkina

Bill Aka Kora, Zêdess, Alif Naaba, Djata Ilebou, Solo Dja kabaco, Bamogo Jean Claude, Dick Marcus, Amadou Balaké.

International

Neth Soul, Ahmed Faras, Tiken Dja, Askia Modibo (Mali), Bingui Jah Jammi (Congo Brazza).

Soul Solo (Madagascar), Manu Gablin (France), Sékouba Bambino (Guinée Conakry).


Revelyn SOME

Burkina 24



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *