Détention de Djibrill Bassolé : Des manifestants descendent dans la rue à Nouna pour exiger sa libération

803 0

De nombreuses personnes ont marché pacifiquement  le samedi 17 septembre 2016 à Nouna, pour soutenir le  général Djibrill Bassolé. Les manifestants ont dénoncé une détention arbitraire et exigé la libération de l’ancien ministre burkinabè des affaires étrangères incarcéré depuis le 6 octobre 2015 pour son rôle présumé dans le coup d’état manqué du 16 septembre de la même année

C’est au son de klaxons, sifflets et autres vuvuzelas que la ville de Nouna s’est réveillée le samedi 17 septembre 2016. Venus des quatre coins de la province de la Kossi, des personnes de tout âge et de différents ordres sociaux ont convergé vers le plateau du CELPAC. D’une seule voix, les manifestants ont tenu à dénoncer la détention jugée arbitraire du général Djibrill Bassolé, fils de la localité.

 Partis du CELPAC, les marcheurs ont marqué un arrêt au rond-point où ils ont vanté les qualités de l’ancien ministre burkinabè des affaires étrangères  avant de prendre la direction du Haut-commissariat.  En l’absence du Haut-commissaire, c’est le secrétaire général Abou Zouré qui a reçu la foule.

Là, les représentants des différentes couches sociales à cette manifestation ont tous pris la parole pour exiger la libération sans condition de Djibrill Bassolé ou à défaut,  de le confronter aux faits qui lui sont reprochés. Des faits qui sont faux, selon le coordonnateur de la marche Boubacar Coulibaly.

Dans le mémorandum lu par Abdoul Ouahab Djibo, il ressort que la détention «illégale » de Djibril Bassolé «  est un marchandage juteux pour des desseins politique mal inspirés ».

« Ce grand homme restera pour nous un fils de la province de la Kossi, un patriote honnête, sincère et dynamique incarnant les valeurs d’un digne fils du Burkina. Reconnaissons son mérite pendant l’insurrection qui a évité le bain de sang », a déclaré Abdoul Ouahab Djibo.

Après la remise de ce mémorandum aux autorités, les participants à cette journée de protestation se sont dispersés avec la ferme  conviction que leur message produira l’effet escompté et que très bientôt, le général Bassolé libre, foulera de nouveau le sol nounalais.

Merveille KAPIDGOU

Correspondant de Burkina24 à Nouna



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *