Burkina : « Les grands cigarettiers ciblent les petits écoliers » (ACONTA)

840 0

Les industries du tabac ciblent les écoliers du Burkina. C’est la conclusion à laquelle est parvenue Afrique contre le tabac (ACONTA) après une enquête réalisée dans 16 établissements scolaires du Burkina.

L’industrie du tabac au Burkina a mis le grappin sur les élèves burkinabè. Cette affirmation formulée par  Salif Nikiéma, coordonnateur de l’association ACONTA, tire sa source d’une enquête menée entre avril et mai 2016. L’industrie du tabac «continue de cibler les enfants car elle est plus préoccupée par les bénéfices que par la santé de ces enfants », a déclaré Salif Nikiéma

Cette investigation, qui a porté sur un échantillon de 16 établissements scolaires de Ouagadougou, a démontré, indique-t-il, que l’industrie utilise de « multiples stratégies », notamment le marketing, la publicité et la promotion du tabac autour des écoles afin d’inciter les enfants à fumer et à favoriser leur dépendance au tabac.

Des chiffres

Ainsi, 148 points de vente de tabac  (mobiles, épiceries et kiosques) ont été recensés dans un rayon de 100 mètres autour de ces écoles, soit une moyenne de 9 points de vente par établissement scolaire.

Les stratégies de l’industrie du tabac portent aussi sur la publicité autour des écoles et des épiceries. Ainsi, le rapport indique que 75% des écoles enquêtées ont autour d’elles des épiceries ayant des publicités du tabac sur leurs portes et fenêtres, 63% en ont sur les murs et les bâtiments et 69% utilisent des parasols comportant les logos et autres symboles de publicité du tabac.

Cette publicité concerne aussi les formes de promotion du tabac dans les épiceries, notamment à travers l’exposition des produits du tabac sur  (100%) ou derrière les comptoirs (88%), de même que l’exposition avec des produits non tabagiques.

Appliquer la loi

Le rapport de l’enquête note, enfin, l’absence de la signalisation « vente interdite aux mineurs » dans les différents points de vente enquêtés.

Les animateurs de la conférence de presse
Les animateurs de la conférence de presse

Autant « d’agressivité » qui ont poussé ACONTA et ses partenaires, notamment l’Alliance contre le tabac en Afrique (ATCA), à formuler des recommandations, qui consistent en général à un appel à  faire appliquer les textes.

« Beaucoup ne connaissent pas les textes », confirme en effet Ismaël Yaméogo, point focal du comité anti-tabac au Ministère de l’éducation nationale et de l’alphabétisation.

Salif Nikiéma recommande alors, entre autres, d’interdire la vente des produits de tabac autour des établissements scolaires, interdire cette vente aux jeunes de moins de 18 ans, interdire toutes formes de publicité, promotion et parrainage de l’industrie du tabac au Burkina, prévenir l’ingérence de l’industrie du tabac dans les politiques de lutte contre le tabagisme et enfin, appliquer, dans toute sa plénitude, la loi anti-tabac adoptée en 2010.

Ismaël Yaméogo ajoute la sensibilisation des responsables d’établissements scolaires. Il est convaincu, avec les tenants d’ACONTA, que la victoire contre le phénomène commencera par les enfants. « Eduque l’enfant dès le bas âge car il grandira et il s’en souviendra », a-t-il rappelé.

Abdou ZOURE

Burkina24



Abdou ZOURE

Abdou Zouré, journaliste à Burkina24 de 2011 à 2021. Rédacteur en chef de Burkina24 de 2014 à 2021.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *