Ouagadougou : Des rencontres internationales sur la protection des données personnelles

699 0

Du 22 au 23 septembre 2016, Ouagadougou a accueilli la 9e Conférence annuelle et la 10e Assemblée générale de l’Association francophone des autorités de protection des données personnelles (AFAPDP).

La cérémonie d’ouverture de ces deux rencontres, le 22 septembre 2016, était placée sous la présidence du Chef de l’Etat, représenté par la secrétaire générale de la présidence du Faso, Chantal Boni/Nignan.

La 9e conférence annuelle de l’association francophone des autorités de protection des données est le 3e du genre sur le continent africain. Elle a été une occasion, selon les organisateurs, de partager les expériences entre les autorités et de discuter de l’évolution des technologies et leurs impacts sur les libertés, les droits fondamentaux, la vie privée dans un contexte marqué par le terrorisme et la surveillance de masse.

Plusieurs sujets étaient donc au cœur de cette conférence internationale : la sécurité des données et l’analyse des risques, l’accès aux bases de données des opérateurs par les services de sécurité, la protection des données dans le domaine de la recherche scientifique surtout médicale et la sensibilisation à la protection des données dans l’humanitaire.

« L’impulsion de la révolution des TIC et partant de la dynamique de numérisation sont telles que les autorités de protection francophones doivent s’allier pour faire face aux géants de l’Internet et de l’économie numérique dont la matière première n’est autre que les données personnelles qu’elles exploitent parfois, au mépris des règles de confidentialité et des droits des citoyens », a dit la présidente de la Commission de l’informatique et des libertés (CIL) du Burkina, Marguerite Ouédraogo/Bonanet.

Aperçu des participants.
Aperçu des participants.

Parlant des géants du web, elle fait entre autres allusion à Facebook, Google, Apple, Amazon, GAFA. Elle s’est réjouie de savoir qu’à ce jour, environ 50 pays francophones sur 80 de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF) disposent d’une législation sur la protection des données personnelles et que 18 pays possèdent une autorité fonctionnelle.

Isabelle Falque-Pierrotin, Secrétaire générale de l’AFAPDP et présidente de la commission nationale de l’informatique et des libertés de France, dit croire en la fusion « Sécurité-Liberté-Garantie ». Ce qui permettrait aux autorités, selon elle, de dépasser ce paradoxe et de développer une société d’innovation numérique.

« La sécurité et la liberté doivent avancer de concert. La surveillance collective ne doit pas être un frein à la liberté… Si la protection globale des données se fragilise, les données pourraient être exploitées notamment par les terroristes », soutient-elle.

C’était par ailleurs l’occasion pour le président de l’AFAPDP, Jean Chartier, d’annoncer la fin de son mandat à la tête de cette association francophone après ces assises. Il a également annoncé la prise en compte prochaine de la protection des données personnelles des réfugiés (réfugiés politiques, exilés, etc.) par l’AFAPDP.

Noufou KINDO

Burkina 24



Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *