Cancer de l’ovaire : En parler pour susciter une prise de conscience

474 0

En dépit de sa faible évocation, le cancer de l’ovaire n’en demeure pas moins un sujet de santé sensible susceptible de pourrir la vie de nombreuses femmes. Le mois septembre étant régulièrement consacré à la sensibilisation contre les cancers, une journée de sensibilisation a été organisée pour parler de ce type de cancer qui touche l’ovaire, le vendredi 23 septembre 2016 au CHU Yalgado OUEDRAOGO.

Cette initiative a été conduite par l’ONG IEDA Relief en partenariat avec OVERCAME et l’appui de la Société des Gynécologues et Obstétriciens du BF (SOGOB) du Pr BONANE/THIEBA Blandine et l’Association Burkinabé des Internes Résidents en Gynécologie et Obstétriques (ABIRGO).

Pour mieux interpeller l’opinion, l’activité a été placée sous le thème évocateur « Sensibilisation contre le cancer de l’ovaire ». A l’aide de boîte à image, de dépliants, de banderoles, les différents messages sensibilisation sur les risques induits par ce problème de santé ont été diffusés au profit de plus de 500 bénéficiaires regroupés dans quatre services de ce centre hospitalier : la Gynécologie, la Traumatologie, les Urgences médicales et la Gynéco-viscérale.

Pour optimiser l’impact, les organisateurs de l’ONG IEDA Relief et de  l’ONG OVERCAME se sont associés l’expertise des gynécologues-obstétriciens. Pour la circonstance, le directeur du CHU, Pr Robert B. SANGARE s’est fait le porte-voix des organisateurs pour mieux intéresser les bénéficiaires à  cette importante campagne.

La sensibilisation a eu lieu à l'hôpital Yalgado
La sensibilisation a eu lieu à l’hôpital Yalgado

Bien qu’il soit moins que d’autres cancers, il reste un mal pernicieux qui menace la santé de beaucoup de femmes. Cette journée leur a certainement permis d’en mesurer la gravité d’autant plus que selon les experts, les symptômes du cancer ovarien apparaissent une fois que la tumeur s’est développée dans les tissus et organes voisins.

En outre, ils ont insisté sur les signes avant-coureurs qui devraient désormais faire réagir les femmes au plus pressé. Il s’agit entre autres de saignement vaginal anormal, de masse qu’on peut sentir au toucher dans la région pelvienne ou abdominale, du besoin d’uriner souvent, de la constipation, de la fatigue, de douleur aux jambes, au bas du dos, au bassin ou à l’abdomen, de douleur lors des rapports sexuels, etc. Ces symptômes seraient d’ailleurs très fréquents pendant les règles, et pourrait être lié à l’âge.

 En effet, le cancer de l’ovaire se déclare plus souvent après l’âge de 50 ans. Naturellement, ces informations ont aiguisé l’attention des femmes qui ont suggéré la multiplication de ce type d’initiatives qui leur permettraient de mieux prendre en charge leur santé.

Pour les organisateurs, la tenue de cette journée de sensibilisation était un défi, parce qu’elle ambitionnait être une opportunité de plaidoyer pour la prise en compte du cancer ovarien dans les activités de promotion de la santé maternelle.

 Le chef de mission  de l’ONG IEDA Relief, Mme Ghislaine GATHO BAVUKAHE s’est réjouis du bon déroulement de l’activité et de la forte implication des acteurs de la santé, en singulier ceux du CHU Yalgado OUEDRAOGO, la SOGOB et l’ABIRGO. Les acquis engrangés présagent d’autres initiatives communes du genre par cette ONG et son partenaire OVERCAME.

Burkina24

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *