Martyrs : « L’appareil judiciaire n’a pas encore joué sa partition » (Abdoulaye Yogo)

144 0

Les dossiers judiciaires en « souffrance », le « dysfonctionnement » des réseaux de téléphonie, le problème du ciment ont été entre autres les sujets abordés par le Mouvement pour l’engagement et le réveil citoyen (MERCI) lors de sa conférence de presse. Celle-ci a eu lieu le lundi 26 septembre 2016 à Ouagadougou.

Quelques jours après la commémoration de l’An I du putsch de septembre 2015 au Burkina et à la veille de celle de l’insurrection des 30 et 31 octobre 2014, le Mouvement pour l’engagement et le réveil citoyen (MERCI) par la voix de son président, Abdoulaye Yogo, estime que « les espoirs sont désespérément braqués sur l’appareil judiciaire qui n’a pas encore joué sa partition ». Ce qui a suscité selon le MERCI, le courroux des familles des victimes dirigé contre le pouvoir exécutif.

Mais loin de culpabiliser « principalement et entièrement le pouvoir exécutif » dans la lenteur du traitement de ce dossier, Abdoulaye Yogo pointe un doigt accusateur sur l’appareil judiciaire. « Tout se passe comme si la justice n’était pas indépendante », explique-t-il. Et, poursuit Abdoulaye Yogo, « le silence coupable » de certaines Organisations de la société civile (OSC) est inquiétant.

« Qu’ils sachent que Monsieur Zida a joué un rôle important en ce qui concerne nos martyrs. Il était le n°2 du RSP »

De ces OSC, le MERCI, « sans tourner », cite nommément le Collectif africain pour le renouveau (CAR) de Hervé Ouattara. Abdoulaye Yogo s’explique : « Je ne comprends pas pourquoi ils sortent pour dire que la question de Zida est une diversion. Même si ce sont les mêmes gars qui ont aidé Monsieur Zida à tuer notre économie, qu’ils sachent que Monsieur Zida a joué un rôle important en ce qui concerne nos martyrs. Il était le n°2 du RSP (Ex Régiment de sécurité présidentielle, ndlr) ».

Un autre point abordé lors de la conférence de presse du MERCI est le « dysfonctionnement » des réseaux de téléphonie, Abdoulaye Yogo a interpellé « une fois de plus, le directeur général de l’ARCEP ». Pour résoudre le problème, le mouvement recommande la nationalisation de l’ONATEL et le renouvellement des mandats des administrateurs de l’ARCEP.

Sur la question du ciment, le MERCI s’étonne que, malgré l’existence de plusieurs cimenteries au Burkina, le coût de celui-ci soit encore très élevé. Le mouvement souhaite alors que les autorités protègent les consommateurs en rendant informant sur le « prix réel » du ciment.

Gestion du pouvoir par Roch Kaboré : « Ça ne va pas »

« Nous on pensait que la Transition était venue pour sauver les gens. Mais malheureusement, avec les nouvelles qui sortent, c’est décevant. Le pouvoir (de Roch Kaboré, ndlr) est venu trouver une situation vraiment dramatique. Mais il faut qu’on se dise la vérité. Au niveau de la jeunesse, ça ne va pas. Quand on arrive au pouvoir, les premières années, c’est difficile. Je ne fais  pas des analyses partisanes, mais il faut le reconnaitre.

Le président Roch (Kaboré) a été élu sur un mandat de 5 ans. Sur les 5 ans, nous allons le juger. Mais en attendant, ce qu’on lui demande, même si ça ne va pas, les fonds qu’on doit allouer au niveau de la jeunesse, il faut les alimenter. La gestion (du pouvoir), je pense que c’est difficile pour le moment ».

Abdoulaye Yogo, le 26 septembre 2016

Ignace Ismaël NABOLE

Burkina 24

Ignace Ismaël NABOLE

Journaliste reporter d'images (JRI).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre