Insurrection et putsch au Burkina : Des blessés évacués en Tunisie

103 0

Cinq blessés du putsch de septembre 2015 et de l’insurrection populaire d’octobre 2014 ont été évacués ce 27 septembre 2016 en direction de la Tunisie pour bénéficier d’une prise en charge sanitaire plus adéquate.

Cette évacuation sanitaire vers la Tunisie des blessés du putsch et de l’insurrection a été possible grâce aux “efforts mutualisés” du Président du Faso, du Premier ministre et du Président de l’Assemblée nationale, a révélé Laure Zongo/Hien, ministre en charge de la solidarité nationale.

Une action qui a été pistonnée par l’Association des blessés de l’insurrection populaire et du putsch, qui a fait le plaidoyer pour la prise en charge de ces cinq blessés dont les cas ont été jugés urgents, a confié Franck Sia, président de l’association. Ces personnes traînent toujours des balles d’armes à feu dans leur corps ou des fractures.

Le ministre de la solidarité nationale (lunettes) avec des blessés
Le ministre de la solidarité nationale (lunettes) avec des blessés

Le cas d’Olivier Soudré l’illustre bien. Blessé lors du putsch manqué de septembre 2015, il a toujours dans la jambe gauche une balle que les médecins burkinabè ont jugé bon de ne pas toucher.  « Là où la balle se trouve, les médecins trouvent que c’est compliqué. Il y a un problème de matériel qui se pose. Pour ne pas courir de risques, les médecins ont préféré que je marche avec la balle », explique-t-il.

« Nous sommes ravis et nous disons merci à toutes les autorités qui ont donné cette chance aux blessés que nous sommes », ajoute-t-il. Les regards sont désormais tournés vers les autres blessés, estimés à une trentaine par Franck Sia. Ce dernier s’est joint à Olivier Soudré pour demander aux autorités de se pencher également sur leur cas. « Ils sont handicapés, ils ne travaillent plus », a plaidé Franck Sia.

Le ministre de la solidarité nationale a indiqué que le gouvernement est conscient de cette situation et que les blessés seront pris en charge conformément aux engagements du gouvernement.

De l’aide venue du Maroc

A noter que bien avant cette évacuation à l’aéroport international de Ouagadougou, Laure Zongo/Hien a fait la réception d’un don du Maroc. Il s’agit de 16 tonnes composées de vivres, de couvertures et de médicaments. Le ministre de la solidarité nationale a indiqué que le Maroc a ainsi entendu le cri de cœur lancé par le gouvernement burkinabè afin de pouvoir prendre en charge les personnes touchées par les catastrophes naturelles au Burkina Faso.

Le Maroc vient en aide au Burkina
Le Maroc vient en aide au Burkina

L’ambassadeur du Maroc au Burkina, Farhat Bouazza, qui a officiellement remis les vivres à l’aéroport, a indiqué que ce n’était pas le dernier cargo et que d’autres sont en cours de route.

Pour rappel, selon le ministre de la solidarité nationale, les catastrophes naturelles ont fait en 2016 au Burkina, plus de 50 000 sinistrés, dont 10 000 enfants, 800 femmes allaitantes et 400 femmes enceintes.

Avec Jules César KABORE

Burkina24

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre