« L’usager qui déclare qu’il est passé au feu orange devrait être sanctionné »

402 0

Ces derniers temps, la Police nationale est sous le feu des critiques suite aux différentes opérations de contrôle et de régularisation de la circulation. Ce mardi 27 septembre 2016, elle a entrepris une action de communication à l’endroit des journalistes pour mieux faire passer son message de sensibilisation aux citoyens. Au cœur de la communication, le respect du code de la route.

L’officier de police Pulchérie Domba, chef de la section accident du Commissariat central de Ouagadougou, s’est attelé durant une trentaine de minutes à expliquer de manière simplifiée, le code de la route. Le premier point abordé a concerné la limitation de vitesse. Ainsi, en agglomération, celle-ci est limitée à 50Km/h. priorite

Mais en fonction des circonstances, l’autorité administrative, peut décider de son aggravation en la ramenant à un chiffre plus bas, note Pulchérie Domba, chef de la section accident du Commissariat central de Ouagadougou. 

Pour le second point, l’attitude à adopter en abordant un rond-point, l’officier de police note que « la priorité est généralement à droite en suivant le sens giratoire » en laissant le rond-point à gauche.

« Mais, poursuit Pulchérie Domba, il y a certains rond-points qui sont signalés par un panneau triangulaire avec un sens giratoire qui donne la priorité à gauche ».

De ces panneaux, avant l’intersection, l’usager verra une signalisation « Cédez le passage ». En ce moment, la priorité est à gauche, dit-elle. Mais en l’absence de toute signalisation, la règle de priorité à droite s’applique.

 Le point de la communication qui était beaucoup attendu est l’attitude à adopter face au feu « jaune ou orange ». Les feux tricolores (Rouge, orange, vert) ont pour finalité de rendre fluide la circulation au niveau des intersections.

L’officier de police Pulchérie Domba, chef de la section accident du Commissariat central de Ouagadougou
L’officier de police Pulchérie Domba

De leur signification, le feu vert donne l’autorisation de passer « mais avec prudence ». Sur le « vert », il n’y a pas de priorité absolue : « c’est une autorisation de passer, mais pas une obligation de passer si l’action peut créer des embouteillages plus loin », explique-t-elle. Pour ce qui est du feu jaune ou orange, « la polémique », selon l’officier de police Pulchérie Domba, sa durée est au maximum de 5 secondes.

Revenant sur le feu à polémique, l’officier de police-major à la retraite, Lada Daniel Zombré ajoute que « l’usager qui déclare qu’il est passé au feu orange, devrait être sanctionné parce qu’il ne connait pas le Code de la route ».

Ainsi, à propos du feu à « polémique », la réglementation prévoit que l’usager ralentisse et marque l’arrêt sauf s’il est trop engagé pour ne pas pouvoir s’arrêter dans les conditions de sécurité suffisantes. Mais, à quel moment est-on engagé et par rapport à quoi ? Pulchérie Domba explique :

« On n’est pas engagé par rapport au support du feu, mais on est engagé par rapport à l’intersection. Si j’estime que je suis passé au feu orange, pourrais-je franchir l’intersection avant que ce feu orange ne passe au rouge et que les deux feux transversaux ne passent au vert ? Si on doit franchir le feu orange et se retrouver à l’intersection, le problème n’a pas été résolu ! »

Enfin, le feu rouge signifie « danger, arrêt absolu ». « Là, c’est sans équivoque », ajoute l’officier de police. L’arrêt doit être fait de sorte à ce que l’usager voit entièrement les feux tricolores.

Il conseille aux usagers de ralentir à chaque intersection. A noter que la police nationale mobilise au minimum 200 éléments par jour dans les carrefours de Ouagadougou

Le Commissaire de Police Talimon Héma a appelé les usagers à la retenue au respect du Code de la route pour éviter les accidents.

Depuis l’intensification du contrôle routier, la Police note une baisse significative des accidents : en avril 2016, 918 cas d’accidents ont été enregistrés. En mai, 947 et en juin, ce sont 786 cas qui ont été répertories à Ouagadougou. Une baisse considérée comme une satisfaction par la police.

« … les policiers sont inciviques parce qu’ils prennent les gens au feu orange »

« Vous vous imaginez quelqu’un qui est arrêté depuis 7h jusqu’à 13h, il est toujours là, et on trouve qu’il est embêtant. On dit qu’il n’explique pas. Quand j’écoute les émissions interactives, il y a un (auditeur) qui est allé jusqu’à dire que les policiers sont inciviques parce qu’ils prennent les gens au feu orange (…) Il y a des gens qui ont des plaques non conformes, des plaques en forme de lune ou de cœur. J’avoue que quand j’écoute certains, je ne comprends pas ».

Commissaire de Police Talimon Héma, chargé de communication de la police nationale

Ignace Ismaël NABOLE

Burkina 24

Ignace Ismaël NABOLE

Journaliste reporter d'images (JRI).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre