Lutte contre le banditisme : Deux réseaux de malfaiteurs démantelés

181 0

Le commissariat de police de l’arrondissement de Nongr-Maasom a présenté à la presse ce jeudi 29 septembre 2016, à Ouagadougou, deux groupes de présumés délinquants, récemment démantelés par ses éléments.  Ces deux réseaux opéraient spécifiquement dans la ville de Ouagadougou.

Le premier des deux groupes, fort de neuf personnes, opérait sous les ordres d’un récidiviste du nom de Mathurin Nongbzanga Compaoré. Avec sa bande, explique le commissaire de police de Nongr-Maasom, Mahama Kaboré, ces derniers s’attaquaient à leurs victimes, en l’occurrence la gente féminine, sur la voie publique.

 Une perquisition au domicile d’un des receleurs de la bande a permis également de mettre la main sur le sieur, Tall Salif, un vigile de la Société COPROCHIM qui, en complicité avec d’autres vigiles, « ont  soustrait  des produits chimiques et causé un préjudice d’une valeur de 26 000 000 FCFA à leur employeur », a fait savoir le commissaire.

Les animateurs de la conférence
Les animateurs de la conférence

Au total, leurs produits de vols saisis se composent de trois motocyclettes, un pistolet automatique, deux postes téléviseurs, 125 sacs de soude caustique, quatre bidons d’huile, 14 chaises plastiques, 11 futs de chlorure de sodium, quatre têtes de machine à coudre, un sac de 5kg de pâte alimentaire, quatre bidons de savon liquide, ainsi que du numéraire d’un montant de 6 200 000 FCFA.

Récidivistes

Le second réseau, mis hors d’état de nuire, est lui, composé de  cinq personnes  dont « trois ex-codétenus » qui, depuis 2014, étaient versés dans le cambriolage. « Le dernier braquage en date du groupe est celui perpétré à la société IRSAT le 16 septembre dernier », précise le commissaire Mahama Kaboré.

Munis de matériels dont deux fusils de chasse, ils ont réussi à emporter au cours de leurs nombreux forfaits, la somme de 29 000 000 F CFA. La saisie a permis également à la police de récupérer entre leurs mains, deux motocyclettes et un ordinateur portable.

A l’instar des autres victimes, présentes sur les lieux, F.D, qui s’est vu remettre sa télévision écran plasma volée, a traduit sa reconnaisse aux forces de sécurité et en particulier à la police de Nongr-Maasom.

 A en croire le commissaire de la police de Nongr-Maasem, le démantèlement des deux groupes a été rendu possible « grâce à la collaboration des populations ». Laquelle collaboration, il a appelé à renforcer, tout en précisant les numéros verts suivants mis à la disposition de tous :  le 17 pour la police nationale, le 16 pour la gendarmerie nationale et le 1010 pour le centre de veille et d’alerte.

Mamady Zango

Burkina24

 

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre