Gabon : environ 70 personnes dont des leaders de l’opposition toujours en détention

496 0

Une source judiciaire gabonaise a annoncé qu’environ 70 personnes, dont plusieurs figures de l’opposition, sont toujours en détention près d’un mois après le pic des violences post-électorales au Gabon.

C’est lors d’une audience le 4 octobre prochain qu’“une trentaine de personnes” ayant fait l’objet d’un jugement en comparution immédiate seront fixées sur leur sort a confié sous couvert d’anonymat à l’AFP une source judiciaire.

Cette même source a indiqué que 39 autres personnes “mises en examen” pour leur rôle dans les émeutes et les pillages post-électoraux sont également placées en détention “le temps de l’instruction”.

Parmi les opposants détenus par la justice gabonaise, figure l’ex-député Bertrand Zibi Abeghe, qui avait démissionné publiquement en présence d’Ali Bongo à la suite de son discours le 23 juillet dernier.

Il est mis en examen pour “incitation à la révolte” et “actes de nature à troubler la paix publique” lors des événements post-électoraux, entre autres chefs d’accusation.

D’après son avocat français, Me Eric Moutet, “il est désormais détenu à l’isolement dans un cachot et plus personne ne peut le voir. Il risque de payer de sa vie le courage d’avoir démissionné face à Ali Bongo Ondimba en plein meeting électoral”.

Quant à Léon-Paul Ngoulakia, l’ex-patron du renseignement et cousin du président passé à l’opposition,  il a bénéficié d’une liberté provisoire tout en restant en examen pour “incitation à la révolte” et “détention (…) de tracts de nature à troubler la paix publique”.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU

Burkina24                                                                                                            

Source: Africanews



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *