Miss Burkina renaît de ses cendres

363 0

Après 5 années d’absence du paysage évènementiel,  le concours de l’ambassadrice de la beauté, « Miss Burkina » est relancé pour 2017. En effet, c’est à un nouveau comité  qui s’est redonné cette mission. Il était face à la presse ce samedi 1er octobre 2016 à Ouagadougou pour donner les différentes articulations.

Depuis 2012, date de la dernière édition, « Miss Burkina », qui conférait un référentiel international de la beauté au Burkina Faso, a disparu de la scène. Le groupe « Edifice », a qui Moustapha Thombiano, créateur de « Miss Burkina », a cédé les droits et le nom commercial, a repris le flambeau.

Une nouvelle équipe, dénommée « nouveau comité Miss Burkina » (NCOMIB) est mise en place  avec une vision : «Organisation, innovation, qualité et prestige ».

En phase avec le Burkina

Le nouveau comité se lance donc pour défis de trouver la nouvelle ambassadrice de beauté,  « à l’image du contexte de renouveau socio-politique du Burkina », c’est-à-dire, explique Alpha Ouédraogo, président du NCOMIB, « celle qui représentera la beauté burkinabè et qui surtout véhiculera à l’échelle continentale et universelle les valeurs qui font l’admiration des autres pour notre peuple ».

L’innovation majeure, les candidatures au trône de « Miss Burkina » sont les élues des « miss régionales » présélectionnées dans les 13 régions du Burkina Faso.

Les conditions de participation ? Etre de teint naturel, être célibataire sans enfant, avoir toutes ses facultés mentales, répondre aux critères de bonne moralité, avoir un âge compris entre 18 ans révolus et 25 ans non révolus, avoir le niveau d’études minimum équivalant à la classe des premières, être de nationalité burkinabè.

Phases et épreuves

Les candidates passeront par trois phases. Premièrement, les candidates présélectionnées sur dossier participeront aux concours régionaux et deux seront retenues par région pour la pré-finale. A cette étape, le vote d’un jury et celui du public permettront de sélectionner 18 candidates pour la finale prévue en juillet 2017.

Les récompenses connaissent aussi des changements. Cinq (5) miss seront retenues et récompensées. La couronnée repartira avec une somme de cinq (5)  millions de FCFA, la couronne et bien d’autres lots. La première dauphine aura droit à deux millions cinq cent mille,  la deuxième dauphine, un million de F CFA, cinq cent mille pour la quatrième et trois cent mille pour la cinquième.

A noter que les miss régionales sont aussi primées et leur gains varient de deux cent cinquante mille à cent mille F CFA.

Tenue de vérité et langage de vérité

Les Miss défileront en tenue traditionnelle, en  tenue de soirée et en tenue d’olympe. Sur ce dernier point, le président du NCOMIB, Alpha Ouédraogo, confie que des démarches sont entreprises avec le ministre de la promotion de la femme qui est très regardant sur l’image de la femme pour éviter tout malentendu.

Dans le souci de réussir ce challenge, le NCOMIB fait appel à l’expertise du comité Miss Côte d’ivoire (COMICI) et son président Victor Yagovi présent à la conférence de presse.

Miss Burkina sera-t-elle à Miss Monde ? « Si le comité le souhaite, elle participera à Miss Monde avec le parrainage du comité Miss Côte d’Ivoire parce que pour être membre à Miss Monde, il faut être parrainé par un autre comité, comme nous même avions été parrainé à l’époque par le comité Miss France», explique-t-il.

Aller plus loin

Le comité d’organisation de Miss Burkina ratisse loin en prenant conseils avec l’ancien comité de Miss Burkina ainsi que d’anciennes Miss Burkina,  en témoigne la présence des Miss Burkina 1992 et Miss Burkina 1994.

« Je suis disponible à les accompagner, le comité et les candidates », assure Méliane Ouédraogo, première Miss Burkina, notamment en1992.

Pour éviter les erreurs du passé dues essentiellement à des problèmes financiers, le  NCOMIB, aux dires  de son président, prendra toutes les dispositions et fera un suivi rigoureux de la miss tout au long de son mandat.

« Femme, environnement et développement », est le thème retenu pour le concours. L’évènement coûtera 150 millions de F CFA.

Revelyn SOME

Burkina24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre