Ministère des sports : Le SYNAS en grève pour 48 heures

348 0

Le Syndicat national du ministère des sports et loisirs (SYNAS) a organisé un point de presse le lundi 3 octobre 2016 pour annoncer une grève de 48 heures. Il réclame un examen de leurs plateformes revendicatives, la régularisation de la direction de la médecine du sport et un traitement diligent des sports scolaires et universitaires.

« Le Syndicat national des agents du ministère des sports et des loisirs décide d’un arrêt de travail de 48 heures, allant du jeudi 6 au à 00h au vendredi 7 octobre 2006 à 24 heures sur toute l’étendue du territoire national». C’est la substance de la déclaration du secrétaire général du SYNAS Alexandre Zongo lors du point de presse animé par le syndicat du ministère en charge du sport burkinabè. C’était le lundi 3 octobre 2016 à la bourse du travail de Ouagadougou.

Le syndicat réclame le recyclage des agents dudit ministère car, selon lui, « il y a des cadres qui peuvent faire 20 ans et plus sans être formés ». Selon le secrétaire général du SYNAS, les bourses de 54 000  francs CFA accordées à des stagiaires lors de formations qui se tiennent à l’extérieur sont insuffisantes. Selon Alexandre Zongo, dix stagiaires devraient se rendre bientôt au Bénin pour une formation avec cette bourse-là.

Le syndicat demande également le payement des heures supplémentaires parce que les activités sportives se tiennent les week-ends. Alexandre Zongo demande aussi des primes de rayonnement parce que les agents du ministère permettent aux athlètes burkinabè de briller sur le continent. Il a aussi dénoncé des affectations arbitraires. « Nous demandons d’instituer des commissions régionales d’affectations qui prennent en compte les syndicats », a expliqué Alexandre Zongo.

L’USSU-BF en otage

Ce dernier s’est aussi plaint de l’étroitesse du parking du ministère des sports avec des vols de motos, selon lui. Le syndicat estime que les acteurs devraient bénéficier de badges pour accéder aux infrastructures sportives gratuitement.

L’organisation de l’Union des sports scolaires et anniversaires (USSU-BF) est revenue également sur la table. Pour ce syndicat, il faut faire en sorte que ces compétitions soient organisées par une fédération (ndlr. ce qui est le cas pourtant avec la Fédération burkinabè de l’USSU-BF, en abrégé (FBUSSU).

« Nous avons au Burkina une fédération de facette parce qu’ils n’ont pas les mains libres pour travailler. En plus, la fédération est illégale parce que le bureau n’a jamais été renouvelé », a clamé Alexandre Zongo. Selon lui, c’est pour une question de paternité que l’USSU-BF s’est disputée uniquement au niveau universitaire.  

Boukari OUEDRAOGO

Burkina24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre