Don de sang : Le personnel de l’ambassade américaine fait sa part

543 0

Le personnel de l’ambassade des Etats-Unis joue sa partition dans la communauté par le don de sang. L’équipe du Centre régional de transfusion sanguine de Ouagadougou conduite par son chef Dr Konseybo Alain s’est déportée sur les lieux ce mercredi 5 octobre 2016 avec l’espoir de repartir avec au moins 50 poches de sang au profit des anémiés qui ont besoin du précieux liquide.

L’ambassadeur Tulinabo Mushingi, accompagné de son premier conseiller David Young ont encouragé et félicité leurs collaborateurs venus donner un peu de leur sang au profit des malades qui sont dans le besoin. Selon le diplomate, ce n’est pas « une population prête à collaborer », à jouer sa partition dans la communauté, qui manque à l’ambassade.

« Nous voyons d’autres services donner du sang. Nous essayons de faire notre part », a-t-il dit. Un apport qu’apprécie le docteur Konseybo Alain, chef du service régional de Ouagadougou. « Nous sommes très satisfaits quand nous voyons la communauté étrangère qui se sent dans la famille et qui essaie de se donner pour que nous puissions avoir du sang », s’enthousiasme-t-il. Selon le diplomate, c’est la deuxième fois que le personnel se prête à la pratique depuis son arrivée au Burkina.

Tulinabo Mushingi a indiqué être « agréablement surpris » de voir tant de monde venu pour donner du sang. Son Premier conseiller David Young fait partie de ce monde-là. Mais en raison de son âge (61 ans), il n’a pas pu le faire au grand étonnement de l’ambassadeur. Il explique : «  Mon premier conseiller a offert de donner du sang, mais nous avons appris qu’à l’âge de 61 ans, peut-être, ce n’est pas possible. Pourtant, nous nous pensons qu’il est encore jeune. En fait son nom c’est Young. Ce qui veut dire jeune ».

 L'ambassadeur Mushingi accompagné de son premier conseiller s'entretient avec le Dr Konseybo Alain du centre régional de transfusion sanguine.
L’ambassadeur Mushingi accompagné de son premier conseiller s’entretient avec le Dr Konseybo Alain du centre régional de transfusion sanguine.

« Beaucoup d’anémiés nécessitent une transfusion »

L’estimation de 50 poches de sang attendue  ne comblera pas le gap d’environ 1 000 poches qu’attend le seul centre régional de Ouagadougou dont le besoin annuel est estimé à 35 000. Mais selon Dr Konseybo Alain,  les séries de dons de sang organisées par nombre de structures ont permis de ne pas avoir recours aux dons de remplacement.

« Nous étions obligés pour les mois d’août de faire des dons de remplacement. C’est-à-dire un malade qui a besoin de sang doit amener des parents qui vont donner. Cette année, nous avons pu proscrire cela », a-t-il déclaré. Le centre régional n’ayant pas encore atteint ses objectifs, le chef du service a émis l’espoir que les donneurs puissent se manifester. Et pour cause, même si « les gens ont l’impression que la pluie est en train de partir, c’est à cette période que le palu est assez grave avec beaucoup d’anémiés qui nécessitent une transfusion ». D’où l’appel lancé il y a quelques mois de cela.

« L’ambassade est fréquentable »

S’adressant au public intéressé par les offres de l’ambassade, Tulinabo Mushingi qui dit avoir l’impression que « les gens ont peur de pénétrer à l’ambassade » l’invite à s’y rendre. « L’ambassade est fréquentable. Vous ne devez connaître personne. On ne doit pas avoir un rendez-vous. On peut dire seulement, je vais à l’ambassade, je vais à la bibliothèque. Vous venez et vous entrez. L’ambassade des Etats Unis au Burkina Faso est fréquentable », rassure le diplomate.

Oui Koueta                                                          

Burkina24



Oui Koueta

'The vitality of a country can also be measured through that of its journalists'

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *