Intégration des Koglweogo dans la police de proximité : Le décret adopté

1550 0

Le ministre de la sécurité intérieure Simon Compaoré a matérialisé son intention d’intégrer les Koglweogo, groupes d’auto-défense dans les zones rurales burkinabè, dans le dispositif de la police de proximité. Le décret y relatif a été adopté en conseil des ministres ce 5 octobre 2016.

Les koglweogo sont désormais officiellement intégrés dans le dispositif de la police de proximité au Burkina. Le décret a été adopté ce 5 octobre 2016. Il  « porte définition des modalités de participation des populations à la mise en œuvre de la Police de proximité au Burkina Faso».

Le  conseil des ministres précise que ce texte permettra «d’encadrer les initiatives locales de sécurité et d’assurer le suivi de leurs activités par les conseils de collectivités, les autorités administratives et les forces de sécurité».

Lire aussi

Koglweogo : Simon Compaoré annonce “une nouvelle police de proximité”

Burkina24

Les koglweogos ont défrayé la chronique durant ces derniers mois au Burkina. Initiatives portées par les populations, leur but est d’assurer la sécurité des biens et des personnes. Cependant, leurs méthodes, marquées par des sévices corporels et des amendes infligés aux présumés délinquants, sont souvent décriées.

Réaction de Koglweogo

Burkina24

Une décision qui réjouit les Koglweogo qui ont réagi sur leur page Facebook. Pour eux, « c’est la fin d’une injustice, qui désormais nous permet de garantir légalement la sécurité de nos compatriotes dans nos campagnes ».

Le ministre de la sécurité intérieure, Simon Compaoré, avait annoncé en juillet 2016 l’élaboration “d’une nouvelle police de proximité”  avec  une « nouvelle notion, un nouveau contenu qui va prendre maintenant en compte toutes les initiatives locales de sécurité».  Selon ce nouveau texte, les Koglweogos seront désormais placés, entre autres,  sous la responsabilité des collectivités territoriales et devront collaborer avec les forces de défense et de sécurité.

Burkina24

 



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Il y a 1 commentaire

  1. Il faut dissoudre les kogolweogos et laisse les policiers et les Gendarmes faire leur travail ,les kogolweogos n’est respecté les règles de droit de Homme donc je demande la dissolution de c’est Groupe

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *