Kongoussi : « Des mineurs de moins de 15 ans se sont vus attribuer des lopins de terre »

711 0

Un rapport d’investigation sur les lotissements des secteurs 1 et 5 de la commune de Kongoussi dans la province du Bam, établi par l’inspection technique des services du ministre de l’administration territoriale a révélé des irrégularités. Ainsi, des personnes ont été attributaires de deux parcelles pendant que des mineurs sont devenus propriétaires de terres.

L’investigation a été commandée par le ministre de l’administration territoriale, révèle un communiqué du service de communication du département. Cette enquête vient en réponse à la situation délétère qui régnait entre des habitants de la commune et les autorités locales à cause des opérations de lotissement entamées en 2009 dans les secteurs 1 et 5.

A l’issue de ce lotissement, en 2012, des procès-verbaux d’attribution 5 109  parcelles ont été établis. Selon l’enquête menée par l’inspection en juillet 2016 et dont les résultats ont été présentés aux forces vives de la commune lors d’une mission ce 6 octobre 2016, présidée par le ministre de l’administration territoriale, Simon Compaoré, de nombreuses irrégularités ont été décelées.

160 personnes ont au moins deux parcelles

Ainsi, selon le communiqué, l’Inspecteur Général des Services (IGS), Saïdou Zetiyenga, 2882 personnes ont bénéficié de parcelles, sans pour autant fournir tous les documents y afférents.

1061 parcelles ont été attribuées sur la base des actes de naissances en lieu et place de la CNIB, pendant que 36 personnes sont bénéficiaires de parcelles sur présentation de la Carte d’identité Burkinabè (CIB) au lieu de la CNIB.

Il ressort également qu’environ 160 personnes  « ont eu au moins deux parcelles » pendant que « des mineurs de moins de 15 ans se sont vus attribuer des lopins de terre ».

Les rédacteurs du rapport, sur la base de ces irrégularités, ont alors recommandé la suspension des opérations de mutations et de paiement de la taxe de jouissance des parcelles concernées, l’annulation des procès-verbaux d’attribution et  la mise en place d’une commission de règlement des litiges par le Haut-commissaire du Bam, « pour examiner sous sa présidence, au cas par cas, l’ensemble des attributions ».

Zoromé, maire depuis 16 ans

Le ministre Simon Compaoré a penché pour le respect « strict » des textes et  la mise en œuvre exhaustive de ces recommandations et a exhorté tous les acteurs à « accompagner la mise en œuvre des recommandations qui tendent à corriger les irrégularités constatées ».

Les participants à la rencontre ont salué la démarche du ministère tout en souhaitant que la commission soit représentative de toutes les couches sociales de la commune de Kongoussi.

Quant au maire de la commune Daouda Zoromé, s’il a aussi salué la démarche du ministère, il considère cependant, selon les informations de l’AIB, que les initiateurs des différents mouvements contre le lotissement “sont ses adversaires politiques qui ont perdu la bataille par les urnes et passent par des raccourcis pour le déstabiliser”.

A noter en rappel que cette commune est dirigée depuis 2000 par le maire Daouda Zoromé. Il  a été réélu lors des dernières élections municipales de mai 2016. Plusieurs manifestations ont eu lieu depuis lors pour contester sa réélection et réclamer un audit de sa gestion des lotissements.

Daouda N. Zoromé du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), membre de l’opposition, a été réélu le 21 juin avec 71 voix (sur 132)  grâce à une alliance avec trois autres partis de l’opposition (UPC, ADF/RDA et ODT).

Synthèse de Abdou ZOURE

Burkina24

 



Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *