Médias publics : Le SYNATIC fait le bilan de sa grève de 72 heures

572 0

Le syndicat autonome des travailleurs de l’information et de la culture (SYNATIC) a organisé une conférence de presse  ce vendredi 7 octobre 2016 à Ouagadougou. L’objet de cette rencontre été de faire le point  de la grève des 72 heures observée par le syndicat.

Du lundi 3 octobre au mercredi 5 octobre 2016 le syndicat a observé une grève de 72 heures pour exiger des autorités l’amélioration de leurs conditions de vie et de travail.

Selon Siriki Dramé, secrétaire général du syndicat, la grève a été suivie et exécutée à 100% sur toute l’étendue du territoire national.

Suite aux propos du ministre de la communication, Remis Fulgance Dandjinou, accusant le SYNATIC d’avoir détruit du matériel, dérobé des disques durs, proféré des menaces physiques et verbales contre des agents et empêché des travailleurs d’aller au service durant la grève,  le SYNATIC a donné sa version des faits.

« Aucun travailleur n’a été empêché d’aller au service pendant la grève. C’est plutôt l’administration qui a voulu empêcher les travailleurs d’avoir accès aux bureaux en positionnant les forces de l’ordre (…) pour filtrer l’entrée dans les médias publics. De plus l’administration a changé les serrures des portes des studios et de certaines salles pour empêcher le personnel d’y avoir accès durant la grève », affirme le secrétaire général du SYNATIC.

Toutes les revendications ne sont pas des augmentations salariales. Le SYNATIC demande l’application d’une loi adoptée par l’Etat qui stipule d’ériger les médias publics en établissements publics de l’Etat (EPE).

La Confédération générale du travail du Burkina (CGT-B), conduite par son secrétaire général, Bassolma Bazié a témoigné sa solidarité au SYNATIC.

« Les préoccupations posées ne sont pas uniquement des augmentations salariales. Pour la question de l’ONATEl, c’est le manque de suivi du respect du cahier de chargew par rapport à la privatisation qui a créé les problèmes », ajoute-t-il.

Le SYNATIC promet une assemblée générale ce mardi 11 octobre 2016, pour voir les conduites à tenir pour les jours à venir.

Jules César KABORE

Burkina 24


Les points majeurs de la plateforme du SYNATIC

-L’élaboration et l’adoption d’un statut particulier pour l’amélioration conséquente des conditions de vie et de travail du personnel des médias publics (comme alternative à cette préoccupation, le gouvernement a décidé d’ériger les EPE, Sidwaya et la RTB, en sociétés d’Etat) ;

– Le reclassement des agents bloqués en B1, A2, et A3 depuis 2004 et une compensation pour ceux qui sont décédés et ceux qui ont été admis à la retraite ;

– La compensation de cotisations à la CNSS pour l’obtention de la pension proportionnelle pour certains travailleurs ;

-L’élaboration d’un plan de carrière pour permettre aux contractuels des Editions Sidwaya et de la RTB de passer les concours professionnels ;

– Le recrutement des pigistes résiduels à la RTB ;

 -Le rétablissement des rémunérations injustement coupées depuis 2012 : Frais de production, primes RFI, frais de pylônes… ;

 -L’harmonisation et la hausse de l’indemnité de code vestimentaire qui est servi au taux de 9 000 F, 10 000 F, et 11 000 F respectivement à Sidwaya, à la RTB-Radio et à la RTB-Télé et son extension aux journalistes et techniciens affectés dans les  DCPM.



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *