Burkina : 35 policiers à l’école de l’amélioration de la gestion des frontières

891 0

Une trentaine de policiers nouvellement affectés aux postes de Police frontière bénéficient d’une formation en « Gestion des communautés et des flux migratoires aux frontières du Burkina Faso ». Avec l’appui technique et financier du PNUD et du Japon, l’atelier de trois jours a ouvert ses portes ce 11 octobre 2016 à Ouagadougou.

« Gestion des communautés et des flux migratoires aux frontières du Burkina Faso ». C’est sous ce thème général qu’environ 35 policiers burkinabè nouvellement affectés aux postes de Police frontière seront formés dans le cadre du Projet d’appui à la gestion des frontières au Sahel.

Financé par le gouvernement du Japon, ce projet vise entre autres à améliorer la gestion des frontières et la sécurité des personnes dans les régions frontalières du Sahel.

La formation réunit plusieurs policiers venus de Seytenga, Titabé, Mansila, Yensé, Di, Madouba, Faramana, Koloko, Kantchari et de Bitou. Ils auront ainsi l’occasion entre autres de discuter des difficultés souvent rencontrées dans les différents services et partager les expériences de bonnes pratiques.

Aperçu du Présidium lors de la cérémonie d'ouverture.
Aperçu du Présidium lors de la cérémonie d’ouverture.

« La bonne gestion des communautés et des flux migratoires aux frontières est d’une importance capitale dans le dispositif sécuritaire de notre pays qui est situé au cœur d’une sous-région aujourd’hui confrontée à de nouvelles formes de menaces d’insécurité liées à la criminalité transfrontalière et transnationale et au terrorisme », a indiqué le Commissaire divisionnaire de police, Ousmane Sawadogo, Directeur général adjoint de la Police nationale.

Il reconnaît que ces menaces exigent des Forces de sécurité une plus grande vigilance mais surtout plus d’efficacité dans la gestion des portes d’entrée et de sortie du Burkina. Il a réitéré son souhait que ce partenariat entre la Police, le PNUD et le Japon se pérennise à travers l’organisation d’autres formations.

Le DG adjoint de la Police nationale aux participants :

« Je voudrais leur dire que ces occasions de formations ne sont pas fréquentes et vous le savez bien. Cette formation ne dure que trois jours et vos formateurs vous entretiendront sur six thèmes que sont : Réglementation transfrontalière, accueil aux frontières, collecte et gestion de l’information aux frontières, police judiciaire aux frontières, respect des droits de l’homme et du genre aux frontières, droits des réfugiés et droit d’asile.

Il faut donc en profiter au maximum pour en tirer tout le bénéfice possible pour faire taire les critiques sur nos prestations de services aux frontières. Là aussi, vous savez de quoi je parle ».

Pour le Représentant Pays du PNUD, Corneille Agossou, l’effectivité de la tenue de cet atelier est le résultat de la qualité de la collaboration entre le PNUD et les institutions burkinabè en charge de la gestion des frontières notamment la Police nationale.

Il a tenu à préciser que cette session de formation s’inscrit dans le cadre du projet régional de gestion des frontières et d’appui aux communautés frontalières de la région du Sahel notamment les pays du G5 Sahel (Burkina, Mali, Mauritanie, Niger et Tchad).

« La paix, la sécurité et la stabilité sociopolitique sont des conditions fondamentales préalables au développement humain durable. Autrement dit, la paix, la sécurité et le développement sont inséparables », a-t-il ajouté. La représentante de l’Ambassadeur du Japon, Soari Deguchi, pour sa part, a souhaité bon courage et bonne séance de travail aux participants.

Noufou KINDO

Burkina 24



Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *