Ziga II : «En fin mars 2017, l’eau sera à Ouaga » (directeur général de l’ONEA)

805 0

Dans l’optique d’éviter à la ville de Ouagadougou de connaître une autre pénurie d’eau à l’image de celle d’entre mars et juin 2016, l’Office national de l’eau et de l’assainissement (ONEA) procède à l’accélération des travaux d’exécution de la deuxième station de traitement d’une capacité de 7 500 m3/h(80%), de conduites de refoulement à Boudtenga (95%) et des conduites d’adduction gravitaires de Boudtenga à Ouaga (40%). Selon les prévisions, le 15 mars 2017, les travaux seront achevés et la précieuse ressource distribuée aux populations.

La finition des travaux de construction de Ziga II était attendue pour plus tard juillet 2017. Mais en raison de la période de forte demande entre mars et juin, l’ONEA procède à l’accélération des travaux pour éviter aux habitants de la capitale de subir impuissants le manque d’eau au robinet.

 « L’accélération consiste à doubler toutes les équipes qui travaillent sur le chantier et à commander en urgence par avions, par bateaux avec des délais assez courts pour que tous les équipements de la station soient réalisés et que réellement à partir du 15 mars 2017 l’usine fonctionne à plein temps », explique Arba Jules Ouédraogo, directeur général de l’ONEA lors d’une visite du chantier ce jeudi 13 octobre 2016 en présence de  Niouga Ambroise Ouédraogo, ministre de l’eau et de l’assainissement.

Araba Jules Ouédraogo, directeur de l'ONEA, à gauche, rend compte au ministre de l'état d'avancement des travaux en mi-visite du chantier © Burkina24
Arba Jules Ouédraogo, directeur général de l’ONEA, à gauche, rend compte au ministre de l’état d’avancement des travaux en mi-visite du chantier © Burkina24

L’accélération a été rendue possible par la facilitation de l’obtention et du transport des équipements pour la réalisation du projet à travers l’entremise des départements en charge de l’énergie et des finances. « Ils nous ont vraiment facilité les choses. Initialement, on attendait l’eau en fin juin. Les dispositions d’accélération qui sont faites, on est en droit d’attendre l’eau en mars», a indiqué le ministre.

« Régler pour longtemps » le problème d’approvisionnement en eau de Ouagadougou

Ziga II, a expliqué Arba Jules Ouédraogo, c’est faire en sorte que la grande pénurie d’eau de mars, juin 2016 ne se reproduise plus en mars et juin 2017. « Cette échéance capitale, promet-il, sera tenue. En fin mars 2017, l’eau de Ziga II sera à Ouaga ».

Après avoir parcouru la chaîne « d’amont en aval » le chantier Ziga II, dont l’objectif est de « régler pour longtemps au moins jusqu’en 2030 l’alimentation en eau potable de la ville de Ouagadougou », le ministre Niouga Ambroise Ouédraogo apprécie : « La station de traitement est très avancée. Le réservoir de Boudtenga (6000 m3) est fini. L’entrepreneur nous a dit au 15 novembre, ce sera totalement terminé ».

Le ministre Niouga Ambroise Ouédraogo (habit jeans) se fait expliquer le processus de purification de l'eau à travers l'élevage des poissons par l'environnementaliste Augustin Néya © Burkina24
Le ministre Niouga Ambroise Ouédraogo (habit jeans) se fait expliquer le processus de purification de l’eau à travers l’élevage des poissons par l’environnementaliste Augustin Néya © Burkina24

L’inspection des travaux s’est achevée par la visite du chantier des conduites devant ramener l’eau dans la ville. « Une chose est d’avoir l’eau produite dans la station de traitement, une autre est de l’avoir à Ouaga. Et là, nous avons été émerveillés », s’est exclamé Niouga Ambroise Ouédraogo.

A l’image du directeur général de l’ONEA, lui aussi est confiant quant au respect de l’échéance mars 2017. « Partant de ce que nous avons vu, à la fin de l’année, au 31 décembre, l’essentiel de la pause sera terminée. Il restera uniquement des points singuliers, des ajustements. Nous pouvons être rassurés que les délais seront tenus », a déclaré le ministre.

Avec la finalisation du projet Ziga II, Ouagadougou sera à l’abri du besoin en eau potable jusqu’en 2030,  selon les projections. Jusqu’à cette année, rassure le directeur général de l’office national de l’eau, « Ouagadougou ne doit pas connaître de problèmes d’eau ».

Oui Koueta

Burkina24



Oui Koueta

'The vitality of a country can also be measured through that of its journalists'

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *