Ecole Sainte Edwige : Du sang neuf pour la santé burkinabè

583 0

L’école privée de santé « Sainte Edwige » a organisé ce 14 octobre 2016 sa cérémonie officielle de prestation de serment de la neuvième promotion. Avec pour thème « Lutte contre les grossesses en milieu scolaire », les lauréats se sont engagés à « utiliser leurs connaissances pour soulager la souffrance humaine ».

Le nom de baptême des promotions 2013-2016 et 2014-2016 trouve sa justification dans les statistiques dramatiques en matière de grossesses en milieu scolaire. Les lauréats qui ont prêté serment en ce jour, se donnent ainsi pour mission de jouer leur partition pour contrer le fléau.

Selon la déléguée de promotion Sawadogo Wendpanga Carine, sage-femme, c’est au cours de leur stage sur le terrain, qu’ils ont touché du doigt la réalité.

se

« Nous sommes au nombre de 700 environ. Le choix de ce thème pour notre promotion est motivé par un constat sur le nombre élevé de grossesses dans nos établissements scolaires. Nous avons remarqué que dès le bas âge, la plupart des filles qui viennent en consultation prénatale sont des élèves de la 6eme ou de la 5eme », a-t-elle laissé entendre.

A sa suite, la Directrice fondatrice de l’école Ramata Ilboudo/Diallo confirmera la situation en donnant les chiffres de « 2 565 cas dans la région du Centre, 3 291 cas dans la région des Cascades et 930 cas dans la région du Sud-ouest », relativement aux grossesses non désirées en milieu scolaire et non scolaire en 2013.

Directrice fondatrice de l’école Ramata Ilboudou
Directrice fondatrice de l’école Ramata Ilboudo

Il reviendra aux lauréats qui ont reçu la formation de partager avec les populations, les leçons de bonnes pratiques à même de mettre fin au fléau.

« Il y a donc un véritable travail d’information et de sensibilisation qui vous attend sur le terrain. Je ne doute point qu’avec les connaissances et aptitudes acquises à « Sainte Edwige », vous serez à même d’inverser la tendance actuelle », a déclaré Salimata Konaté, représentante du parrain Salifou Diallo, président de l’Assemblée nationale.

Pour ce qui est des résultats aux examens nationaux de la santé, la directrice note qu’ils sont « excellents ». Pour preuve, « sur un effectif de 711 candidats, l’école a obtenu 693 admis soit un taux global de 97,47%».

Mais, à l’endroit des lauréats, elle a rappelé qu’après le diplôme, le « plus sérieux reste à venir ». C’est lorsqu’ils deviendront fonctionnaires qu’ils devront davantage mettre en pratique les connaissances acquises, tout en bannissant les vices qui entacheront leur œuvre, a insisté la Directrice de l’école.

Issouf NASSA

Burkina 24

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *