Cadre de dialogue politique : « Ce n’est pas une scission avec l’Opposition »

582 0

Depuis l’annonce de la signature du protocole d’accord entre partis et formation politiques de l’Opposition au Burkina, portant création du Cadre de concertation et de dialogue politique, les supputations vont bon train. L’institution Chef de file de l’Opposition politique (CFOP) est-elle en train de se diviser ? Nous avons voulu en avoir le cœur net avant la tenue de cette rencontre prévue le dimanche 16 octobre 2016.

De ce qui nous est revenu comme information, la signature du protocole d’accord entre partis et formations politiques de l’Opposition se fera entre 8 partis politiques sans, pour l’instant, l’Union pour le progrès et le changement (UPC). Ces derniers étaient plus ou moins des soutiens de l’ancien régime, celui de Blaise Compaoré.

Lire aussi

Burkina : L’opposition et l’écueil de la division

Burkina24

Il s’agit de la NAFA, parti politique proche de Djibrill Bassolé, ancien ministre des affaires étrangères de Blaise Compaoré et soupçonné d’être impliqué dans le coup d’Etat de septembre 2015, du CDP qui est l’ancien parti au pouvoir, de l’ADF/RDA dirigée par Me Gilbert Noel Ouédraogo, ancien ministre de Blaise Compaoré, de l’UNDD de Me Herman Yaméogo, du parti Les Républicains, du RFR et de L’Autre Burkina.

Le huitième parti, Le Faso Autrement dirigé par Ablassé Ouédraogo vient de déposer, il y a de cela quelques mois, une lettre de demande d’adhésion au Chef de file de l’Opposition politique (CFOP) conduit par Zéphirin Diabré de l’Union pour le progrès et le changement (UPC) après avoir tenté en vain de rencontrer le président nouvellement élu, Roch Kaboré.

A quoi répond une telle démarche ? Rasmané Ouédraogo, président de la NAFA rassure que « ce n’est pas une scission avec l’Opposition. Nous demeurons dans l’opposition et ceux qui sont au CFOP demeurent au CFOP ».

Si depuis un certain temps des analystes politiques disent que Zéphirin Diabré est pris au piège avec l’inscription de partis de l’ancien régime au CFOP, quel pourrait être l’apport d’un tel regroupement ? Mais comme l’a dit Ablassé Ouédraogo joint par Burkina 24, « demain n’est pas loin » pour la réponse.

Ignace Ismaël NABOLE
Burkina 24



Ignace Ismaël NABOLE

Journaliste reporter d'images (JRI).

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *