Roch Marc Christian Kaboré : « D’ici 2050 si on continue, dans les mers il y aura plus de plastiques que de poissons »

396 2

Le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, à son arrivée ce samedi 15 octobre 2016 à l’aéroport de Ouagadougou, a fait le bilan de sa mission à Lomé où il a participé à la conférence des chefs d’Etat sur la sécurité maritime et le développement de l’Afrique.

C’est à bord d’un avion qui ne porte pas le nom, ni le drapeau du Burkina, que le président du Faso a regagné Ouagadougou. Les journalistes accourus n’ont cependant pas eu l’opportunité de lui demander de vive voix ce qu’il est advenu de l’avion présidentiel qui n’avait pas pu l’amener à Bruxelles où il devrait assister à un autre évènement.

L'avion qui a amené le Président du Faso
L’avion qui a amené le Président du Faso

Leurs micros ont dû se contenter d’enregistrer le bilan de la mission qu’il a effectuée en terre togolaise. Il s’agit de la Conférence des chefs d’Etats sur la sécurité maritime et le développement de l’Afrique.

« Nous avons signé une charte sur la sécurité maritime. Au niveau des océans et des mers, nous avons non seulement le développement de la piraterie, l’exploitation éhontée de la richesse et la pollution des mers. D’ici 2050, si on continue, dans les mers il y aura plus de plastiques que de poissons », a déclaré le président du Faso.

Pour lui, il y a un véritable danger. Il faut que les pays africains se solidarisent pour coordonner leurs actions au plan international.

La signature de la convention, selon le président Kaboré, est un grand pas dans le domaine de la défense, des richesses des fonds marins et la sécurité. Les chefs d’Etats veulent mutualiser les moyens pour lutter contre les zones de traversée de trafic de drogue et d’armes.

Le président Kaboré explique que « par la suite, il y aura des discussions qui seront menées pour voir qu’est-ce que nous, en tant que pays enclavé, pouvons tirer du bénéfice de cette charte ».

En marge de cette rencontre, le président Roch Marc Kaboré, a participé à un sommet de la CEDEAO autour de la Guinée-Bissau.

« Nous avons mandaté le président Alpha Condé de mener la médiation entre les différents partis politiques en Guinée-Bissau. Un accord a été signé par toutes les parties. Le mandat doit consister à la mise en place d’un gouvernement et de préparer les élections en 2018 », affirme le président du Faso.

A Lomé, le président a également eu des rencontres avec le président du Bénin, du Congo, de la Côte d’Ivoire et du Togo sur des questions de sécurité entre pays frontaliers.

Jules César KABORE

Burkina 24

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre

Communiqué de REMERCIEMENTS

Posté par - 5 juillet 2020 0
ECOUTER Les grandes familles BOENA, SAWADOGO, NASSA à Sabcé, Kongoussi, Ouagadougou, Kumassi, Bobo-Dioulasso et New-york. Le Wedranghin naaba à Sabcé,…