Commission d’enquête parlementaire sur le foncier urbain : rendre au peuple sa dignité

319 0

Dans cette déclaration, Armand Compaoré félicite l’Assemblée nationale pour le rapport de la Commission d’enquête parlementaire sur le foncier urbain.

Depuis le 14 juin 2016, date de la création de la commission d’enquête parlementaire sur le foncier urbain, des voix se sont  élevées pour professer le scepticisme et le doute sur les capacités  réelles et la volonté politique des députés à traduire les engagements pris par le Président de l’Assemblée nationale, le 30 décembre 2015, jour même de son entrée en fonction solennelle : permettre au Parlement de remplir pleinement ses missions constitutionnelles par le vote des lois, le consentement de l’impôt et le contrôle de l’action gouvernementale.

La mise en place de commission d’enquête parlementaire sur le foncier urbain s’inscrit dans la ligne du contrôle de l’action gouvernementale. En raison des politiques hasardeuses menées par les élus locaux au cours de ces dernières années, l’Assemblée nationale a braqué sa loupe sur la gestion du foncier urbain de 1995-2015. C’est chose faite désormais, ce n’est ni de « la poudre aux yeux, ni des berges bredouilles ». L’outil à produire une traçabilité de notre patrimoine foncier urbain a bel et bien fonctionné, les conclusions de l’enquête sont accablantes.  L’ampleur du gâchis en terme de pillage de ce bien sacré qu’est la terre donne des tournis.

Un acte de foi politique devenu réalité sur le terrain

Armée de l’engagement et de la détermination exprimés par le Président Salif Diallo dès son arrivée à la tête de l’institution parlementaire, la commission d’enquête parlementaire sur le foncier urbain a jeté son dévolu sur cette « zone de non droit » qu’était devenu les politiques de lotissements en milieu urbain. En effet, il est connu de tous que les lotissements sont la vache à lait des acteurs clés de l’ancien régime et c’est peu de dire que la spéculation, la spoliation présidaient aux destinées des lotissements.

Le travail des parlementaires  vise, en premier lieu, à restaurer la justice sociale, l’égalité des citoyens devant la loi. Ainsi, l’enquête a permis de mettre à nu les manœuvres sordides des mains d’aventuriers qui jusqu’alors se voyaient intouchables du fait du règne de l’impunité. Fermes et déterminés, les députés ont dû batailler dur pour obtenir non seulement les informations et les données nécessaires à leur propre compréhension mais surtout pour révéler au public les méthodes mafieuses utilisées pour l’octroi des parcelles. La commission d’enquête a mis en nus « des méthodes sans scrupule qui ne s’embarrassent pas d’éthique et de morale ». C’est la fin qui justifie les moyens et dans ce sens tout y passait pourvu qu’on parvienne à l’accaparement des parcelles.

Les filets de la commission semblent avoir pris de gros poissons, voire des requins cela même qui faisaient la pluie et le beau temps sans se sourciller il n’y pas si longtemps.  Des cités à la pelle, des résidences multiples et douteuses, des parcelles innombrables avec à la clé une gestion opaque scabreuse et patrimoniale. Bien entendu, cette exploitation éhontée sans vergogne s’opérait sur le dos du vaillant peuple. Toute cette gabegie occasionnée par la dilapidation  de notre foncier urbain  a causé un tort incommensurable au peuple burkinabè.

En effet, la loupe des parlementaires a bien zoomé la SONATUR, la fameuse SOCOGIB, AZZIMO de la « belle mère nationale » d’une époque révolue, eux qui narguaient impunément le peuple par des spéculations de parcelles massives, les résultats de l’enquête sont accablantes. Au-delà des malversations, ce sont de véritables  crimes au sens du développement durable contre notre peuple. Pour le Président de l’Assemblée nationale, le rapport de la commission d’enquête parlementaire n’a pas été établi pour être mis sous le boisseau. Il faut absolument que le voile qui couvrait ces pratiques nébuleuses soit levé. Finie la politique de deux poids, deux mesures, fini l’impunité ! L’ère de la transparence, de la recevabilité a sonné.  La bonne gouvernance au service d’une société de justice, d’égalité et d’équité est désormais en marche. Une dignité retrouvée. Ceux qui au départ de l’opération  doutaient de sa faisabilité doivent désormais s’en convaincre que le Président Salif Diallo n’est pas homme à prendre des engagements pour ne s’y tenir.

Bravo les députés !

Il y a lieu alors de saluer à sa juste valeur le sens du patriotisme et la hauteur de vue du Président Salif Diallo et l’ensemble des députés de la majorité comme de l’opposition surtout les membres de cette commission dans cette matérialisation de son engagement. Ce sont de tels engagements forts que le peuple insurgé attend l’avènement  des 30 et 31 octobre 2014.

Le peuple attend de récupérer ce qui lui a été volé. Nous saluons une fois de plus la clairvoyance de la représentation nationale qui est du reste le maillot fort de la démocratie, le centre de la représentation suprême. Contrôler l’action du gouvernement, l’une des missions essentielles du parlement peut non seulement aider à rétablir les Burkinabè dans leur droit légitime mais aussi à restaurer le principe d’égalité d’entre eux.

On sent ici l’homme épris de justice sociale, de probité et d’engagement résolu au service du peuple comme pour dire avec Jean Jaurès, que la démocratie c’est d’abord et tout simplement “la justice sociale” tout court. Un acte de foi politique qui s’entend enfin comme la tenue d’une promesse de campagne, loin de la démagogie.

La page est visiblement tournée et certains vont devoir répondre de leur basse besogne faite de cupidité exacerbée. « On peut tromper le peuple une fois mais on ne peut pas tromper tout le temps le même peuple », dit la sagesse. L’Assemblée nationale a montré la voie. Il en était temps !

Armand Compaoré

Email : [email protected]

NDLR : Le titre est de l’auteur

B24 Opinion

Les articles signés B24 Opinion sont la propriété de Burkina24 et soumis par nos lecteurs. Pour partager votre coup de gueule à publier sur Burkina 24 rendez-vous sur Coup De Gueule Coup De Coeur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre