Utilisation des logiciels “Oracle” : Le Burkina sur un nouveau départ avec la société Oracle Corporation

329 0

Le Ministre Délégué chargé du Budget, représentant le Ministre de l’Economie, des Finances et du Développement et le Ministre du Développement de l’Economie Numérique et des Postes ont procédé, le jeudi 13 octobre 2016 à Ouagadougou, à la signature d’un contrat de régularisation de l’utilisation des licences ORACLE et d’un protocole d’accord cadre entre l’Etat burkinabè et la société américaine ORACLE Corporation, premier éditeur mondial de technologies pour la gestion des bases de données et d’information.

Selon un communiqué du ministère des finances, cette signature consacre d’une part la régularisation du contrat de l’utilisation des licences ORACLE d’un montant d’environ 5 milliards 400 millions de francs CFA et d’autre part, établit un protocole d’accord cadre pour une nouvelle collaboration entre l’Etat burkinabè et la société américaine ORACLE Corporation.

Depuis 1991, le Ministère de l’économie, des finances et du développement s’est résolument engagé dans l’informatisation de ses métiers de base par l’acquisition de logiciels. Ces logiciels ont permis, d’améliorer la fiabilité des données, d’apporter la transparence dans la gestion et de lutter contre la corruption, la fraude et le faux.

Parmi ces logiciels, on peut citer le CID (Circuit Informatisé de la Dépense), le SIGASPE (Système Intégré de Gestion Administrative et Salariale du Personnel de l’Etat), l’IFU (Identifiant Financier Unique), le CIR (Circuit Intégré de la Recette) etc. Tous ces logiciels de gestion de finances publiques reposent sur les outils Oracle, notamment le système de gestion de bases de données“, peut-on lire dans le communiqué.

Le constat aujourd’hui est que les versions actuelles de ces applications sont obsolètes et leur maintenance n’est plus assurée par l’éditeur. En plus du Ministère des Finances, plus gros exploitant des produits de la société Américaine ORACLE CORPORATION, d’autres démembrements de l’Etat exploitent ces logiciels et parfois de façon tout aussi irrégulière, faute de budget. D’où la signature d’un contrat de régularisation, pour permettre à l’Etat d’être en règle vis-à-vis de son partenaire.

Aminata SANA/Congo, ministre du développement de l’économie numérique et des postes, s’est réjouie de la signature de ces accords qui permettra, selon elle, de centraliser les applications dans une base de données unique. Tout en remerciant la société ORACLE pour son accompagnement, elle a invité les informaticiens qui gèrent ces applications à s’approprier les nouvelles versions afin d’assurer la formation des agents de l’Etat, qui sont les principaux utilisateurs. Prenant la parole, le Directeur Général de ORACLE division Afrique subsaharienne a assuré le gouvernement de la fiabilité et de la qualité du produit proposé.

Synthèse de Noufou KINDO

Burkina 24

Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre