Dotations des écoles en manuels et en vivres : Visite dans l’antre du problème

571 0

Depuis un certain temps, la question des dotations des écoles en manuels scolaires et en vivres pour la cantine scolaire suscite un intérêt chez les acteurs et partenaires de l’éducation au Burkina. Plusieurs journaux de la place se sont intéressés au sujet. Face à cette situation, le Ministère de l’éducation nationale et de l’alphabétisation (MENA) à travers sa Direction de l’allocation des moyens spécifiques aux structures éducatives (DAMSSE) a invité la presse et le Syndicat autonome des travailleurs de l’éducation de base (SATEB) à visiter des entrepôts de vivres et de manuels, ce mardi 18 octobre 2016 à Ouagadougou.

« Nous avons été interpellés à un certain moment par le SATEB qui voulait avoir un certain nombre d’informations sur l’existence des manuels et sur l’effectivité de la distribution des manuels pour cette année scolaire. Du même coup, le syndicat nous a interpellés aussi par rapport à l’existence des vivres pour les enfants pour cette année scolaire.

A l’issue de cette interpellation, la lettre étant adressée au ministre de tutelle, ce dernier nous a imputé le dossier. Nous avons apporté des éléments de réponses et le syndicat a estimé qu’il était bon de venir sur le terrain pour constater la réalité. C’est la raison pour laquelle, cette sortie a été initiée », signale d’ores et déjà Roger Ilboudo, le Directeur de l’allocation des moyens spécifiques aux structures éducatives (DAMSSE).

Les autorités ont également été interpellées par deux journaux de la place. Et elles ont estimé qu’il était bon de réunir tout le monde et mettre l’information à la disposition de tous. Ainsi donc, ce 18 octobre, les journalistes ont pu visiter le dispositif mis en place notamment pour la rentrée scolaire 2016/2017 : des magasins de stockages de vivres et de manuels scolaires à la DRENA, des magasins de cantines scolaires du secondaire à Paspanga, des magasins de stockages de manuels également à Zogona et le magasin central de stockages de vivres à Gampèla à la sortie Est de Ouagadougou.

Concernant les besoins en vivres, Roger Ilboudo note qu’ « en fonction de ce que nous disposons au niveau de l’ensemble des magasins à Ouagadougou ou au niveau régional, nous sommes à mesure aujourd’hui de commencer le début de la distribution des vivres. Et nous disposons actuellement de près de 40.000 tonnes de vivres dans l’ensemble des magasins ». Le besoin total estimé, dit-il, est autour de 40.000 tonnes.

Roger Ilboudo, le Directeur de l’allocation des moyens spécifiques aux structures éducatives (DAMSSE).
Roger Ilboudo, le Directeur de l’allocation des moyens spécifiques aux structures éducatives (DAMSSE).

Qu’est ce qui explique le retard dans le dispatching ?

« Ce n’est pas en octobre qu’on commence la préparation. En octobre, on attend de stabiliser les effectifs, de voir que les voies soient accessibles pour que les transporteurs y accèdent. Et actuellement, ce qui se pose comme problème, c’est juste que le contrat des transporteurs qui doivent aller sur le terrain n’était pas encore approuvé. Si c’est approuvé, les intéressés vont aller sur le terrain pour les livraisons. Sinon, du point de vue quantité, je crois que c’est l’occasion de rassurer tout le monde », indique le Directeur de la DAMSSE.

Pour ce qui est des manuels scolaires, il fait savoir que chaque année en termes de budget, il y a un montant alloué pour chaque rubrique. Et il se trouve aussi que chaque année, des appels d’offres ouverts aux nationaux qu’aux internationaux sont lancés.

« Ceux de 2014 ont livré. Ils ont eu des défaillances, ils ont livré en 2015. C’est ce que vous avez constaté dans les magasins. Cela n’est ni la faute à la DAMSSE, ni à l’administration », rétorque Roger Ilboudo. C’est selon lui, la faute aux fournisseurs.

Des vivres disponibles.
Des vivres disponibles.

« Malheureusement, l’administration n’a pas la solution quand c’est le fournisseur qui est défaillant. En 2015, les mêmes marchés ont été lancés pour l’année 2015. Malheureusement, quand les marchés ont été attribués, il y a des fournisseurs qui ont attaqué.

Il se trouve que celui qui est attaqué n’est pas un fournisseur burkinabè mais de la Tunisie… Finalement, quand ils ont eu la documentation, la commission s’est retrouvée et a encore réattribué le marché rien qu’en juillet à côté. Donc les contrats sont en cours d’élaboration. Nous attendons », relate le premier responsable de la DAMSSE.

Des manuels scolaires.
Des manuels scolaires.

Il a invité les journalistes à se procurer les détails de la date à laquelle l’appel d’offre a été lancé, les différents évènements qui sont survenus au cours du traitement du dossier jusqu’à ce jour afin de savoir pourquoi la dotation de 2015 n’a pas encore été reçue. Il n’occulte pas également les marchés de 2016. A l’écouter, c’est des successions de problèmes quand l’on n’est pas à l’intérieur, il est difficile de maîtriser ce qui se passe.

« On peut en vouloir à l’administration, mais pour la plupart des observations qui nous sont parvenues, cela relève essentiellement des fournisseurs. Pour la plupart, au niveau des manuels, ce sont les fournisseurs qui ont été défaillants en 2014 et en 2015, ce sont encore les fournisseurs qui ont des problèmes judiciaires empêchant l’administration de boucler le dossier », ajoute-t-il avant d’appeler les acteurs du monde éducatif à les accompagner notamment dans l’entretien des livres déjà réceptionnés.

Il faut noter que bon nombre de manuels visités sont couverts de poussière et des vivres tirent vers la péremption. Egalement, des manuels de 2010 jugés insuffisants ne seront pas dispatchés. Il y a aussi des stocks de 2013 de guides et des restants de manuels en franco-arabe pour les écoles bilingues du MENA.

Le SG du Syndicat autonome des travailleurs de l’éducation de base (SATEB), Clément Tabsoba salue l’initiative de la visite des entrepôts mais dit rester sur sa soif :

« Nous avons vu des magasins où il y a effectivement des stocks de vivres et des magasins où il y a effectivement des manuels. Mais, nous restons en tout cas sur notre soif à un certain niveau par rapport aux informations.

Puisque nous sommes là, aujourd’hui 18 octobre 2016, c’est vrai en discutant avec le Directeur, il est prévu une distribution dans les jours à venir, mais quand ? .. Il y a pénurie de manuels. Il est clair que nos jeunes collègues qui viennent de commencer ne peuvent pas produire un travail de qualité sans manuels, ni manuels pour les élèves ni livrets guides pour eux-mêmes. Nous avons fait le tour des magasins et nous avons vu des livrets guides ».

Le Directeur de la DAMSSE dit partager les inquiétudes soulevées par le SG du SATEB. « Au niveau du département, nous sommes en train de réfléchir sur ces questions : Comment faire pour que les manuels, les vivres parviennent aux écoles à bonne date ? C’est notre souci majeur présentement », dit-il.

Noufou KINDO

Burkina 24



Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *