Responsabilité sociale : Vivo Energy Burkina accomplit sa part au profit du monde éducatif

909 0

Au lieu d’« être là juste à vendre, puis à ignorer et vivre tout seul dans son coin », Vivo Energy Burkina est sortie de son cadre pour assumer sa responsabilité sociale par son engagement pour la cause commune aux côtés de la communauté. Tel le colibri, l’entreprise a choisi le monde scolaire et universitaire pour faire sa part.

Des élèves de l’école Le Château, située derrière le marché Katre Yaar dans la capitale Ouagadougou, ne prendront plus leurs cours assis à même le sol suite à l’obtention de 126 tables-bancs et de trois chaises et bureaux d’une valeur de 4,5 millions de F CFA acquis le 18 octobre 2016.

« Certains de nos camarades étaient assis à même le sol pour recopier leurs leçons. Voilà que ce temps est maintenant révolu », a indiqué Yabré Zara Assiya, élève en classe de CM2. Des propos corroborés par la directrice de l’école Odette Yerbanga. « Les effectifs sont un peu élevés dans les classes. Le plus faible effectif est de 75. Dans toutes les classes, il y a un manque. On va s’arranger pour que tous les élèves soient assis sur ces tables-bancs », a-t-elle dit. 126 tables-bancs, « c’est toujours mieux que rien », a dit Bernard Le Goff, vice-président exécutif de Vivo Energy.

L’incommodité et le calvaire de ces élèves ne se limitent pas là. La porte-parole des élèves a fait cas des intrusions « l’an passé d’individus drogués qui tentaient d’abuser » d’eux et  de délinquants dans la cour de l’école et de motocyclistes « qui prennent la cour de récréation pour leur autoroute », en raison de l’absence d’une clôture. La réponse de Silmiraogo Nabalma, directeur général de Vivo Energy, ne s’est pas faite attendre. « Il est évident que cela relève d’une simple logique de sécurité. Sans ambages, nous ferons la clôture », a-t-il répondu.

Pour Bernard Le Goff, l’engagement relève du naturel, car dit-il, « on ne peut ignorer quand on fait du business, qu’on est dans un certain environnement, qu’on vit au milieu d’une communauté, que c’est notre devoir de penser aux gens avec qui on vit». Une position qui réconforte Bailou Diata, conseillère technique du ministre de l’éducation nationale. « La demande est très forte et les seuls efforts de l’Etat ne suffisent pas », a-t-elle dit avant d’ajouter que « l’éducation est l’affaire de tous et a besoin d’une synergie d’actions ».

 Des poubelles pour assainir le campus de l’Université Joseph Ki-Zerbo

Après l’école primaire Le Château, l’Université Joseph Ki-Zerbo a été choisie pour recevoir 50 poubelles ce jeudi 20 octobre 2016. Un don qui, selon le président de l’Université Rabiou Cissé,  permettra d’« assainir le campus ». « Au-delà de ce don, nous visons l’amélioration du cadre de vie », a enchaîné Silmiraogo Nabalma.  Pour le ministre en charge de l’enseignement supérieur Filiga Sawadogo, ce don vient répondre  à la question de la salubrité sur les campus.

Le ministre de l'enseignement supérieur a reçu symboliquement une poubelle des responsables d Vivi Energie qu'il a remis au président de l'université © Burkina24
Le ministre de l’enseignement supérieur a reçu symboliquement une poubelle des responsables de Vivo Energy qu’il a remises au président de l’université © Burkina24

« Vas toucher ton FONER et viens mettre dedans »

L’humoriste Gérard a ajouté sa touche à cette remise de poubelles. « L’étudiant et le mendiant, a nuancé l’artiste, ce n’est pas pareil, même si les  mots se terminent par “diant”. Raison pour laquelle l’étudiant est condamné à être propre autour de lui pour qu’on ne le confonde pas à un mendiant de Zabre-Daaga. Parce que le mendiant quand il gagne son dèguè, il boit et après  il jette pim !  Mais l’étudiant ne peut pas faire ça ! ». Selon lui, la poubelle symbolise la maîtrise de soi pour un avenir meilleur. D’où son invite à l’étudiant qui n’arrive pas à se maîtriser, « vas toucher ton FONER et viens mettre dedans !». Un FONER que lui prendra du plaisir à venir récupérer !

L’Université Joseph Ki-Zerbo, c’est plus de 50 000 étudiants, enseignants chercheurs, et personnel athos. Une concentration humaine qui génère « inévitablement » des détritus et autres déchets « inutilisables », a relevé le ministre de l’enseignement supérieur dans son adresse à la communauté. « Nous devons tous avoir le réflexe salubrité ou le réflexe environnement sain en mettant tous nos détritus, résidus, emballages, sachets quelle qu’en soit la couleur, nos papiers chiffonnés dans les poubelles », a-t-il dit avant de conclure qu’« il faudra les vider quand elles seront pleines ».

En rappel, Vivo énergie est spécialisée dans les offres et services de la marque Shell, notamment les carburants économiques Shell super extra et Shell diesel extra, et le Shell gaz de 6kg et 12/2kg.

Oui Koueta

Burkina24



Oui Koueta

'The vitality of a country can also be measured through that of its journalists'

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *