Récupération des déchets lourds : Alassane Kaboré en fait un business

517 0

Des Burkinabè se sont spécialisés dans la récupération d’objets métalliques ou en aluminium usagers. Alassane Kaboré en fait partie. Nous l’avons rejoint dans son atelier, situé en face de l’Université Joseph Ki-Zerbo à Ouagadougou. Il explique son travail dans une interview qu’il nous a accordée le 21 octobre 2016.

Burkina 24 : Depuis combien de temps faites-vous ce travail ?

Alassane Kaboré (AK) : Je fais ce travail depuis plus de 30 ans. Au début, je partais au Ghana pour chercher la matière première qui est l’aluminium. Maintenant, on trouve l’aluminium au Burkina et très moins cher.

la récupération
Des pièces automobiles usées destinées à une réutilisation

B24 : D’où provient votre matière première ?

AK : La matière première est composée du fer et de l’aluminium. C’est surtout de la récupération. Nous récupérons chez les garagistes les pièces inutilisables des véhicules usés. Nous faisons la séparation du fer et de l’aluminium.

Ensuite, nous travaillons avec  l’aluminium et le fer qui est destiné pour l’exportation en général vers le Nigéria. Nous jouons un rôle de récupération, c’est-à-dire un rôle de nettoyage dans la ville.

Imaginez les véhicules et les motos qui rentrent chaque année au Burkina. Une fois usé, cela devient encombrant et constitue des déchets. Ainsi, les milliers de tonnes des blocs moteurs, les pièces de rechange, les motos usées constituent notre matière première. Nous sommes comme ceux qui transforment les boites de tomates en cendriers pour  les« moustiquos ».

Les marmites issues de la récupération
Les marmites issues de la récupération

B24 : Que faites-vous avec l’aluminium?

AK : Actuellement nous payons l’aluminium à 500 FCFA le kilogramme et nous achetons le fer à 50 FCFA le kilogramme, selon le cour du Dollars. Nous fabriquons des marmites, des casseroles, des louches, des mortiers, des pilons, des cuillères, etc.

Aussi, il y a des clients qui nous demandent de faire des adaptations pour des pièces usées. Comme exemple,  des jantes des motos, des ciseaux pour les tailleurs, etc. Nous réparons des objets gâtés comme des marmites percées ou des louches cassées. Pour faire une marmite, cela peut nous prendre entre 30 minutes à une heure, selon la taille de la marmite.

Soumaila Bangré
Soumaila Bangré, un handicapé des membres inférieurs, travaille l’aluminium

B24 : Quels sont vos prix pour les marmites ?

AK : Nous fabriquons des marmites de petite et de grande taille. Cela varie entre.. lire la suite. 



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *