Kilwin : Un présumé terroriste abattu, plusieurs interpellations

855 9

Un homme a été abattu par les forces de sécurité à Kilwin, un quartier de Ouagadougou dans la nuit du samedi 22 au dimanche 23 octobre 2016, a annoncé le ministre de la sécurité Simon Compaoré qui a fait le déplacement sur les lieux. 

Lire aussi

Kilwin : Un présumé terroriste abattu, plusieurs interpellations

Burkina24

L’homme abattu est un Burkinabè et un recruteur pour des actes terroristes. Plus précisément, selon le directeur général de la Police nationale, Lazare Tarpaga, les jeunes qu’il recrutait devaient être envoyés en formation hors du Burkina et étaient censés, à leur retour, s’en prendre aux positions de l’armée burkinabè.

Le film des évènements

Le ministre de la sécurité intérieure, Simon Compaoré, a révélé que c’est grâce à la collaboration des populations, que la piste a été remontée. En effet, selon des sources sécuritaires, des habitants du quartier  Kilwin se sont rendus à la police nationale pour signaler un recrutement de jeunes qu’ils ont jugé suspect. Les investigations entreprises ont abouti à la nécessité d’une action.

Les forces de sécurité (précisément la Brigade anti-criminalité et l’Unité d’intervention polyvalente de la Police nationale) ont opéré une descente dans la nuit du samedi 22 octobre pour procéder à des interpellations.

Acculé, le suspect, qui logeait à Kilwin, a pris la fuite. La course-poursuite a commencé à Pasani, un quartier entre kilwin et Yagma.

Avec son PA, le  fugitif a ouvert le feu sur les éléments de la police nationale qui ont riposté. C’est aux environs de 2h du matin du dimanche 23 octobre qu’il a été abattu. Il tenait une “grenade offensive” en main.

Déjà six personnes interpellées

Plusieurs personnes ont été interpellées. Il s’agit notamment de deux hommes, l’un très âgé et l’autre de la quarantaine, et quatre femmes.

police assaillantCertains complices ont réussi à fuir avec un véhicule qu’ils on ensuite abandonné. Les ratissages et les investigations se poursuivent. Selon le directeur général de la police nationale, il y aurait un démembrement à Bobo. 

Le Procureur près le Tribunal de grande instance de Ouagadougou, Maiza Sérémé, a qualifié ces actes de “terroristes” et sont punis par la loi.


Evènements de Kilwin : Au moins 3 personnes recherchées à Ouaga et Bobo

Dans cette vidéo, Lazare Tarpaga, directeur général de la Police nationale explique que « ces recrutements avaient pour but de faire des formations et revenir s’en prendre » aux postes de forces de défense et de sécurité du Burkina. 

Burkina 24


Dans un communiqué parvenu à Burkina 24 ce dimanche 23 octobre, le Service d’information du Gouvernement (SIG) confirme le démantèlement du « réseau de recrutement destiné à alimenter des filières terroristes dans la sous-région et au Burkina Faso ».

Le procureur du Faso accompagnée du ministre d’Etat, ministre de l’administration territoriale et de la sécurité intérieure est allée faire le constat d’usage. Cette opération a permis l’arrestation de suspects et l’enquête suit son cours, peut-on toujours lire dans le communiqué.

Le gouvernement a félicité les habitants de Yagma (un quartier de Ouagadougou) pour leur collaboration et appelle toutes les populations à contacter les Forces de défense et de sécurité aux numéros numéro 16 ou 17 pour tout comportement suspect.

A noter, en rappel, que les positions de l’armée, de la police, de la gendarmerie et de la douane sont prises pour cibles par des individus armés non identifiés depuis le début de l’année 2016. La dernière agression en date, le 12 octobre 2016 contre un détachement militaire à Intagom, a fait quatre morts parmi les Forces armées nationales burkinabè, ainsi que deux civils.

Ignace Ismaël NABOLE

Burkina24



Ignace Ismaël NABOLE

Journaliste reporter d'images (JRI).

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *