Afrique : La Gambie annonce son retrait de la CPI

147 0

La Gambie a rejoint l’Afrique du Sud et le Burundi en annonçant son retrait du traité fondateur de la Cour pénale internationale (CPI).  C’est le ministre gambien de l’Information Sheriff Bojang qui a donné l’information le 25 octobre 2016.

« A partir de ce jour, mardi 25 octobre, nous ne sommes plus membres de la CPI», a déclaré le ministre Sheriff Bojang.

 La Gambie partage l’idée selon laquelle la CPI n’a été instituée que pour juger les présidents africains. « La CPI s’appelle Cour pénale internationale. Mais en réalité, c’est une Cour blanche internationale pour la persécution et l’humiliation de personnes de couleur, et plus particulièrement des Africains », a indiqué le ministre gambien de l’information, selon ses propos rapportés par RFI. Il a ajouté que « au moins 30 pays occidentaux ont commis des crimes de guerre » sans être inquiétés par la juridiction internationale.

Mais pour l’opposition gambienne, la raison se trouve ailleurs. Le président gambien Yayah Jammeh voudrait se prémunir contre d’éventuelles poursuites que la CPI pourrait engager contre lui concernant notamment sa gouvernance du pays.

La Gambie rejoint ainsi le Burundi et l’Afrique du Sud qui ont eux aussi annoncé leur retrait du statut fondateur de la CPI. Le président de l’Assemblée des Etats parties au traité fondateur de la CPI, le ministre sénégalais de la Justice Sidiki Kaba, avait lui appelé les  Etats contestataires à porter leurs revendications lors de l’assemblée des Etats parties prévue en principe pour novembre.

Burkina24

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre