Burkina : 300 millions de FCFA pour la construction de postes de police frontaliers supplémentaires

65 0

Avant la conférence de presse sur le Hadj 2016, le ministre d’Etat, Simon Compaoré, et le nouvel Ambassadeur de France, Xavier LAPEYRE, accompagné de son homologue du Canada, Vincent Le Pape, ont procédé à la signature d’une convention relative à la construction de postes de police frontaliers au Burkina entre le Gouvernement de la République française et le « Pays des Hommes intègres », ce 27 octobre 2016.

D’une valeur d’environ 300 millions de FCFA, la construction de postes de police frontaliers supplémentaires permettra de protéger davantage les 3.500 km des frontières du Burkina. C’est un geste qui, selon le ministre de la sécurité intérieure, Simon Compaoré, vise à mieux renforcer la gestion intégrée des frontières du Burkina.

« Cela va certainement apporter un plus. C’est un continuum. On ne peut pas parler de sécurité sans parler de développement et vice versa », dit-il. Il a profité de l’occasion pour rassurer les expatriés que le Burkina est toujours une « terre fréquentable » et invité les partenaires au développement du pays à « décolorer » le Burkina dans leurs espaces dangereux. Le risque zéro n’existe nulle part, mais le ministre de la sécurité réaffirme que « la situation est sous contrôle ».

Il a salué à sa juste valeur la signature de cette convention relative à la construction de postes de police frontaliers supplémentaires au Burkina. « C’est une cérémonie empreinte de simplicité mais pleine de signification », précise Simon Compaoré. Il soutient que le pays pourra très rapidement passer à une phase pratique de sa politique amorcée se résumant aux points suivants : avoir des Hommes (éléments des forces de sécurité et de défense), bien les former et bien les équiper.

« Nous remercions l’Ambassadeur du Canada pour l’octroi d’une contribution très importante de 500.000 Dollars canadiens dont près des ¾ seront dédiés à la construction de postes-frontières. Dans le domaine de la coopération policière, la France associe systématiquement le Burkina Faso lors des formations régionales également qui sont organisées dans le cadre du projet d’appui à la coopération transfrontalière au Sahel car la sécurité des frontières n’est pas une préoccupation simplement de chacun des Etats, mais elle est évidemment une préoccupation commune », note pour sa part l’Ambassadeur de France, Xavier LAPEYRE.

Cette cérémonie de signature est, selon lui, une « étape supplémentaire peut-être modeste », mais un signal fort de leur préoccupation et leur souhait continu de soutenir le Burkina Faso à protéger ses frontières et à permettre un développement serein du pays.

Noufou KINDO

Burkina 24

Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Article du même genre

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *