Chronique de Raakedo : Si le Burkina veut vraiment apprendre de Taïwan …

144 0

La Chronique de Raakedo (“raakedo” signifie en gourounsi, “autrement dit”) est une analyse d’Amon Bazongo, étudiant burkinabè à Taïwan. L’économie et l’expérience des tigres d’Asie sur les questions de développement passeront régulièrement sous sa loupe, avec évidemment, le Burkina Faso en toile de fond.


Voici un pays qui a étonné le monde. Un pays avec lequel le Burkina Faso a la chance ou plutôt l’audace d’avoir des relations diplomatiques. Un pays qui peut servir de modèle sur plusieurs plans : société, éducation, économie, technologie, indépendance, etc.

Un pays qui continue à se battre malgré l’énorme rapport de force qui existe de nos jours avec ses voisins immédiats. Ce pays, c’est Taïwan, connu au Burkina sous le nom officiel de République de Chine. De Taïwan, tous les pays d’Afrique peuvent tirer leçon, particulièrement le nôtre qui entretient avec ce dernier une sorte d’histoire d’amour qui n’a pas de nom.

 L’on peut se poser beaucoup de questions sur cette relation Burkina-Taïwan. Mais pour le citoyen lambda qui connait un peu Taïwan, il n y’a rien de plus normal que de vouloir ressembler à ce pays, du moins, de vouloir atteindre chez nous les résultats atteints chez eux. Supposons alors que Taïwan livre sa potion magique à son vieil ami … le Burkina le voudra-t-il ? Parcourons ensemble l’histoire de ce pays pour en savoir d’avantage.

Petit cours d’histoire

1927, une guerre civile éclate en République de Chine entre le gouvernement nationaliste KMT et le parti communiste CPC. Voyant les frères chinois s’entre-déchirer, le Japon voulu profiter de la situation et envahit la Chine. C’est alors que le KMT et CPC interrompent leur conflit, pour combattre les Japonais avec l’aide des Américains. La suite, on la connait, Hiroshima, Nagasaki et le Japon capitule. Très vite, les anciennes hostilités entre Chinois reprennent. En 1949, le parti communiste est en position de force et Mao Zedong proclame la République Populaire de Chine repoussant le gouvernement nationaliste KMT dirigé par Chang-Kai Sheck sur une île du nom de Taïwan.

La guerre n’est pas terminée, mais dès lors chaque camp se proclame gouvernement légitime et légal du peuple chinois, un peu à la Gbagbo-Ouattara. Cependant, les guerres économique et diplomatique entamées aussitôt par les hommes de Mao ont eu raison de la République de Chine. En 1971, la résolution 2758 de l’Assemblée Générale des Nations Unies reconnait la République Populaire de Chine et expulse les représentants de Chang-Kai Shek de la place qu’ils occupaient. Coup dur, le gouvernement installé à Taïwan se retrouve devant les faits, avec à coté une menace d’invasion quasi-permanente du grand voisin.

Le sacrifice d’un peuple aux “dictateurs éclairés”

Après la délocalisation, le gouvernement de Taïwan n’avait plus d’autres choix que de rester fort ou de le devenir. Fort militairement, économiquement, socialement, etc.

Commencent alors de longues années de dictature de Chang-Kai Shek. Michael Hsiao, professeur de sociologie raconte :  “le gouvernement a tout fait pour contrôler ce que les gens pensaient, ce que les gens lisaient […] les gens étaient mis en prison. Il n’y avait pas de liberté d’expression“. Lina Arrigo, adolescente dans les années 60 ajoute : “il y avait la police militaire partout dans la rue, comme pour dire `espions communistes, rendez vous`. […] Même en tant qu’enfant, je rencontrais des gens qui me parlaient de disparitions d’étudiants, d’individus“. Dans une telle ambiance, tout le monde était discipliné.

Les heures de travail était comptées, surveillées. Et pour ta propre sécurité, tu iras au travail à l’heure, tu n’auras qu’un petit salaire et quelques temps de repos. Tu rentreras le soir directement à la maison, de peur que le couvre-feu ne te trouve dehors. C’est ainsi que les Taïwanais vivaient pendant presque 40 ans car c’est en 1987 que la loi martiale a été levée par Chiang Chin Kuo, le fils de Chang-Kai Shek.

Entre temps, les bases d’une prospérité économique étaient déjà posées: une population disciplinée, assidue au travail, conformiste, auto-suffisante, culturellement et socialement solide, virtuellement impossible à influencer de l’extérieur, avec par contre une grande capacité de contrôle des citoyens par le gouvernement, conscient du danger permanent que représente le grand voisin et prêt à mener la bataille économique qu’il faut.

Les années de loi martiale ont évidemment contribué à façonner la personnalité du Taïwanais. Avec Chiang Chin Kuo, pur produit des écoles communistes, le processus de libéralisation du pays s’amorce pourtant, de nombreux grands projets d’infrastructure se mettent en place. “Si on ne le fait pas maintenant, on le regrettera demain“. Voici ce que Chiang Chin Kuo, disait à ses collaborateurs, à son peuple, faisant de lui l’un des grands contributeurs à ce qu’il est courant d’appeler “le miracle taïwanais”.

Le Burkindi des Taïwanais

Je suis bien tenté de dire que les Taïwanais sont plus “burkinabè” que les habitants du Burkina Faso. La seule richesse de Taïwan, c’est l’homme, sa force, son intelligence, ses qualités. Le Taïwanais est intègre, sérieux, travailleur, humble, accueillant et surtout digne. Caractéristiques qui rappellent fortement le Voltaïque de l’époque, mais de moins en moins le Burkinabè d’aujourd’hui.

Non seulement, les Burkinabè se savent plus à quoi ça sert d’être intègre, mais ils développent l’incivisme, l’indiscipline, le “je-m’en-foutisme”. Au delà de leur burkindi, si l’on doit choisir une et une seule valeur à “voler” de Taïwan, je prendrais la discipline. Le poète grec Eschyle me rassure sur ce point, lui qui nous dit “la discipline est mère du succès”, et Jim Rohn, motivateur et entrepreneur contemporain natif de Yakima de renchérir, “la discipline est le pont entre nos objectifs et leurs réalisations“.

C’était “silence, c’est dur mais on travaille

Le “miracle taïwanais” n’a pas commencé par la construction d’infrastructures ou d’écoles, ni par le développement du secteur high-tech. Il s’est basé sur une population moralement prête à supporter les sacrifices qu’il faut pour sa survie.

Voici la question que je me pose donc sur mon pays, le Burkina et la prise de conscience de son peuple de la nécessité d’une discipline, de la nécessité de comprendre la situation du pays, de sa volonté de sacrifice au travail. Soyons plus concrets. Supposons qu’à une proposition de grève des travailleurs, les travailleurs idéaux soient ceux qui diront “c’est dur, mais continuons de travailler” ou “faisons la grève le samedi ou le dimanche, le reste on travaille”, que vont penser les autres travailleurs?

Amon Mocé Rodolphe BAZONGO

Chroniqueur pour Burkina24

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre