Phase II du PNSR : La CPF s’active pour la prise en compte des attentes du secteur rural

568 0

A l’orée de la formulation de la deuxième phase du Programme National du Secteur Rural (PNSR), les organisations professionnelles agricoles regroupées au sein de la Confédération Paysanne du Faso (CPF) sont réunies ce vendredi 28 octobre 2016 à Ouagadougou pour un  atelier de deux jours. Objectif, faire le diagnostic de  la première phase du PNSR et définir leurs attentes pour mieux réussir la deuxième.

Aux termes de la première phase du Programme National du Secteur Rural (2011-2015), la CPF dresse un bilan mitigé de sa mise œuvre. Lancé en 2011,  ce programme inspiré de la Stratégie de Développement Rural  visait à contribuer à renforcer les bases d’un développement  rural durable, générateur d’une croissance forte et soutenue du secteur rural en vue de lutter efficacement contre la pauvreté et l’insécurité alimentaire.

Cependant,  de l’avis du président de la CPF, Bassiaka Dao,  cette première phase du PNSR n’a pas été appropriée par les acteurs du monde rural et n’a donc pas produit les résultats escomptés.

C’est pourquoi, ce présent atelier qui regroupe toutes les  organisations professionnelles agricoles ainsi que leurs partenaires va servir de cadre d’évaluation sur la première phase du PNSR afin de déceler les anomalies ayant handicapé son fonctionnement.

Les participants à la rencontre
Les participants à la rencontre

Au bout de ces deux jours de travaux, les participants à l’atelier vont dégager les attentes du secteur rural dans la formulation du PNSR II. Ces attentes et ses orientations  seront présentées dans un mémorandum qui sera transmis au comité chargé de la formulation dudit programme.

Selon Bassiaka Dao, le PNSR II est un programme du secteur rural et ne peut donc pas être l’affaire d’un comité interministériel. « Ce programme doit être porté par les acteurs de terrain, c’est pourquoi cet atelier va nous permettre de dégager  les attentes des acteurs du monde rural, ce qu’ils veulent et souhaitent voir pris en compte dans la deuxième phase en termes de gouvernance, de financement, en termes d’appui pour la modernisation du secteur agricole et en terme de filières à accompagner » a-t-il expliqué.

Le  mémorandum qui sera rédigé à la fin de cet atelier sera le reflet de la  vision de la CPF et sera validé au cours d’un prochain atelier prévu entre le 21 et le 23 novembre 2016.

Burkina24

 



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *