Zéphirin Diabré : “L’insurrection appartient au peuple et à son histoire”

144 0

La Coalition des forces démocratiques pour un vrai changement (CFDC) organise ce 29 octobre 2016  à Ouagadougou la conférence nationale sur l’insurrection populaire et les défis post-insurrectionnels. Elle s’étale sur toute la journée avec essentiellement des panels sur différents thèmes. 

Cette conférence connaît la présence effective de Zéphirin Diabré, chef de file de l’opposition politique (CFOP), de l’ancien Président Michel Kafando et de Luc Marius Ibriga, président de l’autorité supérieure de contrôle d’Etat et de lutte contre la corruption.

L'ancien président du Faso Michel Kafando participe à cette conférence nationale
L’ancien président du Faso Michel Kafando (tenant une feuille) participe à cette conférence nationale

A l’entame,  Zéphirin Diabre a ajouté un autre titre à l’ancien Président Michel Kafando (applaudi par la salle), : “Président d’honneur des insurgés”. Il a en outre déclaré que la “complexité de tout le Burkina aujourd’hui” réside dans les trois mots que sont “Vérité – Justice – Réconciliation“.

Sans trop polémiquer sur la paternité de l’insurrection, le CFOP a déclaré que “l’insurrection appartient au peuple et à son histoire” et que la seule différence entre les partis et regroupements en place, c’est qu’ils n’ont pas la même vision d’apporter le changement. Mais, selon Zéphirin Diabré une chose est sûre:  “Nous ne voulons pas un retour au passé“.

Le premier panel, axé sur  “le concept de l’insurrection”, a été développé par le Pr Mahamadi Sawadogo. Selon lui, le changement a eu des limites. Il n’a pas touché l’ordre social profond en vigueur dans le pays.

Les perspectives sont bonnes. Il y a un état d’esprit positif qui va obliger les gouvernants à tenir compte de l’avis peuple“, a-t-il conclu.

Le mouta mouta judiciaire est en marche”

Le panel  sur “les violences, les martyrs, les victimes diverses, les victimes diverses et les dérives de l’insurrection : témoignages et leçons à tirer pour l’histoire” a té développé par Anselme Somda, ancien député de la Transition.

Le mouta mouta judiciaire est en marche (…) En tant qu’insurgé, ça fait mal au coeur” de voir que “le mensonge s’est érigé en règle de gouvernance”, a-t-il déclaré. Il s’indigne qu’il y ait “une main molle” quand il s’agit d’appliquer la justice. “Il faut de la fermeté“, a t il dit.

Ce ne sont pas les rapports qui font défaut. Nous sommes experts en rapports. Ce ne sont pas les rapports qui intéressent les gens. C’est la justice“, a t il ajouté avant de conclure que “nul ne trouvera pas le sommeil tant que nos martyrs ne reposeront pas en paix“.  “Il n’y aura pas de réconciliation sans justice“, a opiné le député du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), Bachir Ismaël Ouédraogo.

A noter que la conférence connaît la participation des représentants de la majorité présidentielle.


Suivez les grandes articulations de la conférence sur notre page Facebook : Cliquez


Oui KOETA et Ignace Ismaël NABOLE

Burkina24



Le programme des panels 

 

Heure

 

 

Activité

 

Thème central

 

Sous-thème

 

Durée

 

Présentateur(s)

 

Modérateur

 

09h 00-09h 30

 

 

Cérémonie d’ouverture

 

 

 

30 mn

09h 30– 09h 45

 

Interviews 15 mn
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

10h 00– 12h 30

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Panel

 

Thème introductif 

 

 

 

Le concept de l’insurrection

 

 

 

Pr Mahamadi SAWADOGO

 

 

 

 

 

 

 

Thème 1 :

l’insurrection des 30-31 octobre 2014 : radioscopie d’un mouvement historique

1-Le rôle de l’Opposition politique

 

2- Le rôle de la société civile (« OSC », médias, syndicats, autorités traditionnelles et religieuses…)

 

3- Le rôle des FDS et autres acteurs

 

4- Les Violences, les martyrs, les victimes diverses et les dérives de l’insurrection : Témoignages et leçons à tirer pour l’histoire

 

 

 

 

 

2 h 30 mn

1-Jean Hubert BAZIE

 

 

 

 

– Lookman Sawadogo ;

 

– Moussa Bambara ;

 

3- Pr Abdoulaye

SOMA

 

4-Anselme SOMDA

 

 

 

 

 

 

 

Zéphirin DIABRE

 

12h 30– 13h 30

 

Déjeuner

 

 

 

 

 

1 h

 

 

 

 

 

13h 30– 15h 00

 

 

 

 

Panel

 

 

Thème 2 : L’évaluation de la Transition : acquis et insuffisances

1-Les institutions et acteurs de la Transition : analyse critique de la genèse et du fonctionnement des institutions, acteurs et rôles

 

2- L’agenda et l’action de la Transition : feuilles de route, acquis et limites de l’action publique sous la Transition

 

 

 

 

 

1 h 30

 

 

 

1-Abdoul Karim SANGO

 

2- Abdoul Karim SAIDOU

 

 

 

 

 

Victorien TOUGOUMA

15h 00– 15h 10  

Pause

 

10 mn

 

 

 

 

15h 10– 17h 40

 

 

 

Panel

 

Thème 3 : L’évaluation du régime post-transition

1-L’état de la mise en œuvre des acquis de l’insurrection en matière de bonne gouvernance

 

2- La relance économique et les réponses aux attentes des Burkinabè pour un mieux-être

 

3- L’état de la justice et son rôle face aux crimes de sang et aux crimes économiques

 

4- La question sécuritaire et du civisme

 

 

2 h 30 mn

1-Julien Natiélsé

 

2- Dr Idrissa OUEDRAOGO

Enseignant Chercheur en économie

 

3- Me Samuel GUITANGA ou Me Guy Hervé KAM

 

4- Charles Lona OUATTARA

 

 

Bintou DIALLO

 

17h 40– 18h 00

 

Pause

 

20 mn

 

 

 

 

 

 

 

 

18h 00-20h 00

 

 

 

 

 

 

 

Panel

 

 

 

 

 

Thème 4 : Les sentiers de la réconciliation nationale

1-Les politiques et stratégies de réconciliation nationale : expériences historiques du Burkina Faso

 

2- La problématique de la réconciliation nationale post-insurrection : Quelle stratégie ?

 

 

 

 

 

2 h

 

 

1-Pr Augustin LOADA

 

2- Dr Mélégué Maurice TRAORE

 

 

 

Honorable Poé Naaba

Ignace Ismaël NABOLE

Journaliste reporter d'images (JRI).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre