Abidjan : L’Ambassadeur Mahamadou Zongo échange avec les leaders de la communauté burkinabè

768 0

Le samedi 29 octobre 2016, le Consulat général du Burkina Faso à Abidjan a servi de cadre à une rencontre de prise de contact de l’Ambassadeur du Burkina Faso en Côte d’Ivoire, Son Excellence Monsieur Mahamadou Zongo, avec les leaders de la communauté burkinabè d’Abidjan.

Un seul point était à l’ordre du jour de cette rencontre qui a mobilisé essentiellement les responsables d’associations, les guides religieux et les chefs coutumiers de la juridiction consulaire d’Abidjan : Prise de contact avec les leaders de la communauté burkinabè en vue d’enclencher le programme d’activités de l’ambassade du Burkina Faso en Côte d’Ivoire.

A l’entame des échanges, l’Ambassadeur Zongo a tenu à réitérer ses remerciements et félicitations et ceux des plus hautes autorités aux membres de la communauté pour la mobilisation exemplaire lors de l’accueil du Président du Faso à Yamoussokoro, les 28 et 29 juillet 2016, à l’occasion du 5è Sommet du Traité d’Amitié et de Coopération (TAC) ivoiro-burkinabè.

Au-delà de la mission classique dévolue à tout ambassadeur, Mahamadou Zongo a dit qu’il est ambassadeur dans un pays spécifique parce que cela fera bientôt un siècle que la communauté burkinabè est présente en Côte d’Ivoire. Mieux, c’est la communauté la plus forte qu’on retrouve dans chaque hameau de culture, dans chaque plantation, dans chaque village et dans chaque ville.

La première mission de Mahamadou Zongo est d’être à l’écoute et aux côtés de chacun des Burkinabè là où il se trouve.

Secundo, sa préoccupation fondamentale est le renforcement des relations non seulement entre les deux pays, mais aussi, entre les Burkinabè eux-mêmes. En d’autres termes, il s’engage à raffermir les relations ivoiro-burkinabè déjà excellentes, et aussi, à inculquer à sa communauté le respect des us et coutumes du pays d’accueil.

Troisièmement, Mahamadou Zongo entend rendre visible et lisible la contribution combien importante et inestimable de la communauté à la vie économique, sociale, culturelle et sportive du Burkina Faso. « C’est un travail titanesque parce que notre communauté est hétérogène », a-t-il reconnu. Mais, il est d’avis que c’est également « un travail collectif » et qu’il jouera « le rôle de chef d’orchestre » de la communauté burkinabè.

Estimés à plus de 3,5 millions de personnes qu’on retrouve dans les différents secteurs d’activités de la Côte d’Ivoire, les Burkinabè vivant en Côte d’Ivoire font face à des multiples défis. Et le défi, le plus emblématique auquel l’Ambassadeur Zongo fait face, est à coup sûr, le vote de nos compatriotes de l’étranger à l’élection présidentielle de l’an 2020. L’ambassadeur a rappelé que c’est une promesse du Président du Faso, Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian Kaboré. La mission a été confiée au Ministre en charge des Affaires étrangères et des Burkinabè de l’Extérieur, Monsieur Alpha Barry, qui a déjà instruit les ambassades pour sa concrétisation. Présent à cette rencontre, le président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), Monsieur Newton Ahmed Barry, a confirmé que le vote des Burkinabè de l’étranger fait également partie de la mission de la structure qu’il dirige. Et, dès la révision du code électoral d’ici le premier trimestre de l’année 2017, des missions conjointes (CENI et Ambassades) seront engagées pour évaluer et prendre les mesures adéquates permettant le vote des Burkinabè de l’extérieur.

L’Ambassadeur Zongo a demandé aux leaders de la communauté de transmettre et de véhiculer les messages de paix, de concorde, d’intégration et d’assistance mutuelle.  Sur la question brûlante de l’occupation des forêts classées, Mahamadou Zongo a souhaité l’abandon de cette pratique, et il a suggéré que l’assistance aux personnes déplacées se fasse avec une implication des autorités diplomatiques.

Avant de se séparer dans une ambiance bon enfant, l’Ambassadeur Mahamadou Zongo a saisi cette tribune pour rappeler à ses compatriotes que les manifestations (sit-in, meetings, marches, etc) dans les enclaves diplomatiques (ambassades et consulats) sont prohibées. Aussi, a-t-il demandé aux leaders de la communauté de privilégier le dialogue et la concertation. « Ce qui nous unit est plus fort, plus grand que ce qui nous divise », a-t-il insisté, rappelant au passage que chaque Burkinabè est porteur et défenseur du drapeau national. « Chaque Burkinabè est un ambassadeur du Burkina Faso à l’étranger. »

Les leaders de la communauté d’Abidjan ont apprécié positivement cette rencontre d’échanges. Ils lui ont formulé des félicitations et des encouragements pour la réussite de sa mission.

Après les leaders, l’ambassadeur Zongo recevra chaque structure de la communauté avant d’aller à la rencontre des Burkinabè de l’intérieur en Côte d’Ivoire.

Depuis sa prise de service, l’Ambassadeur Mahamadou Zongo a déjà échangé avec les personnels de sa juridiction. Il a également rendu des visites de courtoisie à ses homologues accrédités en Côte d’Ivoire.

Service Presse

Ambassade du Burkina

en Côte d’Ivoire

 



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *