Burkina – Centrafrique : Les premiers jalons ont été posés

714 0

Au terme d’un séjour « bref et intense » d’amitié et de travail du président centrafricain en terre burkinabè, les ministres des affaires étrangères du Burkina et de la République centrafricaine ont procédé à la signature d’un accord-cadre définissant les domaines de coopération entre les deux pays. Les Présidents Roch Kaboré et Archange Touadera ont animé un point de presse au cours duquel ils ont tous deux promis de veiller à l’application effective des différents points du communiqué conjoint.

La signature de l’accord cadre matérialisant  la volonté des Présidents burkinabè et centrafricains a eu lieu aux termes de la visite d’amitié et de travail du Président centrafricain Faustin-Archange Touadera. En effet, les ministres des affaires étrangères ont paraphé le communiqué conjoint de 13 points à la fin de la journée.

Invité par son homologue, le Président du Faso Roch Kaboré a accepté de se rendre à son tour en Centrafrique. Un acte qui concrétise, selon les deux chefs d’Etats, ce qui se passait jusqu’ici dans les coulisses lors des rencontres internationales. « Aujourd’hui, je peux dire que c’est chose faite. Nous avons posé les premiers jalons », a dit le Président Kaboré.

Concernant la crise que traverse la Centrafrique, Roch Kaboré a lancé un appel à l’endroit de toutes les fractions et tendances politiques en Centrafrique « à méditer sur la nécessité que tout le monde s’engage pour un processus d’apaisement ».

Les Présidents Rock Kaboré et Archange Touadera ont animé conjointement le point de presse après la signature de l'accord-cadre © Burkina24
Les Présidents Roch Kaboré et Archange Touadera ont animé conjointement le point de presse après la signature de l’accord-cadre © Burkina24

Archange Touadera a informé, dès son arrivée ce matin à l’aéroport, que « beaucoup d’opérateurs burkinabè qui travaillent » dans son pays. Il a demandé en outre l’apport du Burkina pour reconstruire son pays secoué par une crise depuis mars 2013. Sa requête n’est pas tombée dans l’oreille d’un sourd. « Nous ne ménagerons aucun effort pour apporter notre petite pierre. Nous pouvons toujours nous épauler si nous sommes solidaires. Dans ce sens-là, la Centrafrique peut compter sur le Burkina Faso », a répondu le Président du Faso.

L’accord-cadre est « un instrument très important», a dit Archange Touadera, car dit-il, les deux présidents n’ont jamais cessé de vouloir montrer leur volonté à tous les deux de formaliser cet accord de coopération. « Aujourd’hui, c’est chose faite », s’est-il réjoui.  Tout comme son homologue burkinabè, il s’est engagé à raffermir tous les points qui ont été évoqués. Selon le Président, les deux Etats partagent certaines similitudes à commencer par la géographie. « Le Burkina Faso et la Républicaine centrafricaine ont beaucoup de points communs. Même sur le plan géographique. En regardant nos cartes, il y a beaucoup de similarités qui nous lient », a-t-il dit.

Avant de quitter l’hôtel pour l’aéroport, Archange Touadera a remercié le Président burkinabè pour les marques de solidarité à l’endroit du peuple centrafricain et surtout pour son message à l’endroit de ses compatriotes qu’il a invités à s’unir pour « retrouver la paix, la concorde nationale, la cohésion sociale qui manquent en ce moment » pour se consacrer au développement du pays.

Oui Koueta

Burkina24



Oui Koueta

'The vitality of a country can also be measured through that of its journalists'

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *