Elections consulaires : « Un Salia Sanou peut en cacher un autre »

481 0

L’association des Journalistes et communicateurs pour les énergies renouvelables et le développement durable (en abrégé JED) a organisé, ce mardi 8 novembre 2016 à Ouagadougou, un panel sur la participation des acteurs du secteur de l’énergie aux élections consulaires à venir.

Les acteurs du monde de l’économie burkinabè se préparent à disputer le 13 novembre prochain les élections consulaires. La JED militant pour la prise en compte notamment des énergies à la Chambre de commerce et d’industrie du Burkina (CCI-BF) veut jouer sa partition. Conscients de l’importance de « ces sources vitales », les responsables de l’association ont jugé bon de réunir des acteurs autour d’un panel.

« Notre engagement est de faire en sorte que l’information soit davantage au service de la question de l’énergie qui reste fondamentale pour toute vie, pour tout développement », a expliqué Grégoire Bazié, président de la JED. Ce panel organisé ce 8 novembre vise, selon lui, à entendre les candidats du secteur de l’énergie aux élections consulaires afin qu’ils déclinent leurs motivations et leurs ambitions pour ledit secteur.

L’invité principal de ce panel était l’Association des professionnels des énergies et Télécoms du Burkina (APET-BF). Il était question pour les membres de cette association composée essentiellement d’une trentaine de chefs d’entreprises d’évaluer leurs potentiels, leurs chances de réussite, leurs priorités en tant qu’éventuels élus consulaires et la place qu’ils accordent notamment aux énergies renouvelables.

panel-de-la-jed

Les priorités de Salia Sanou…

« L’APET-BF a porté par consensus son choix sur le candidat Salia Sanou », a indiqué Nikiéma Franck, Secrétaire général de l’APET-BF. Il ne s’agit pas de l’ancien maire de la ville de Bobo-Dioulasso, ajoute le Président de l’APET-BF, Emile Ouédraogo. Ce candidat aux élections consulaires de 2016, explique-t-il, est le Gérant de la société SOTEEMA et secrétaire chargé du partenariat et du renforcement des capacités au sein de l’APET-BF.

« C’est vrai ! Un Salia Sanou peut en cacher un autre (Rires). Mais vous pouvez vous rassurer, ce n’est pas le même Salia Sanou que vous avez connu », renchérit l’homonyme de l’ancien maire de Bobo.

« Nous avons accepté de nous porter candidat car nous pensons fort de notre expérience de responsable depuis 22 ans et depuis 8 ans comme Gérant de société dans le domaine des énergies. Nous pensons sincèrement apporter notre expertise pour le renouveau économique qui s’ouvre pour notre pays et le milieu des affaires », a-t-il dit.

Salia Sanou dit également croire à la responsabilité du secteur privé, du secteur du BTP et de la sous-section du BTP où il est candidat afin d’apporter sa contribution « pour un secteur privé dynamique et prospère ».

Ses priorités sont axées sur la formation dans le domaine du BTP (Carreleurs, plombiers, peintres, électriciens, menuisiers bois, soudeurs, etc.), la mise en place d’un pôle d’information, de sensibilisation et d’orientation de la jeunesse, les partenariats avec d’autres organisations professionnelles, l’encouragement des reformes sur l’augmentation du nombre d’élus consulaires et la mise en place d’un mécanisme visant à magnifier l’excellence des chefs d’entreprises ou des entreprises burkinabè.

Noufou KINDO

Burkina 24



Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *