Burkina : Lancement du Rapport mondial 2016 sur la nutrition en Afrique de l’Ouest

723 0

Le Groupe régional de travail sur la nutrition (RNWG), l’UNICEF, le PAM, L’Action Contre la faim, la FAO ainsi que plusieurs autres structures de développement humain ont organisé conjointement le lancement régional du Rapport sur la nutrition mondiale 2016 – Afrique de l’Ouest, ce mercredi 9 novembre 2016 à Ouagadougou. Cet évènement, premier du genre au Burkina, était présidé par le Secrétaire d’Etat, Pauline Zouré, représentant le ministre de l’économie et des finances.

La cérémonie d’ouverture de cet atelier international a été marquée par la présentation du Rapport sur la nutrition mondiale 2016. L’évènement qui durera 24 heures sera ponctué par des panels et des partages d’expériences.

L’objectif global visé est d’inciter les gouvernements des pays d’Afrique de l’Ouest à prendre davantage des engagements nationaux (SMART) ainsi qu’à contribuer à la réduction de la malnutrition et à la mise en œuvre de ces engagements à travers des actions concrètes.

Les récentes estimations sur la situation nutritionnelle en Afrique de l’Ouest soulignent la persistance de fort taux de malnutrition chronique et aiguë. En effet, selon le rapport, plus de 16 millions d’enfants de moins de 5 ans sont chroniquement malnutris et 4,6 millions d’enfants sont gravement affectés par la malnutrition aiguë.

Aperçu des participants.
Aperçu des participants.

Alors que dans cette partie d’Afrique, l’on note cependant une croissance rapide de la population avec, comme résultats de cette transition démographique, une  population dont plus de 50% est âgée de moins de 19 ans.

Les nutritionnistes et les analystes sont unanimes à reconnaître qu’il y a urgence de poursuivre la lutte contre la malnutrition. Même si le paysage politique présente un niveau encourageant d’engagements nationaux, ce rapport publié en juin 2016 révèle qu’il faut urgemment réduire la mortalité infantile liée à la malnutrition.

Le rapport mondial sur la nutrition, rédigé par un groupe d’experts indépendants et actuellement dans sa 3e édition, se concentre sur les progrès réalisés sur les engagements mondiaux spécifiques à la nutrition et identifie les opportunités pour mettre fin à la malnutrition dans toutes ses formes d’ici à 2030.

Ce rapport est considéré comme le seul compte rendu annuel, indépendant et exhaustif de l’état de la nutrition dans le monde. Il est ressorti dans ce document que la malnutrition provoque une cascade de défis individuels et sociétaux, que malgré qu’il y ait de l’espoir, le monde est mal parti pour atteindre les cibles mondiales et que les engagements actuels ne correspondent malheureusement pas aux besoins réels.

Pauline Zouré, Représentant le Ministre de l'économie et des finances.
Pauline Zouré, Représentant le Ministre de l’économie et des finances.

« La nutrition est au cœur des objectifs de développement durable. Il faut faire le choix politique d’éliminer toutes les formes de malnutrition », peut-on lire dans le rapport. « L’OMS considère la malnutrition comme la menace la plus importante pour la santé mondiale », note pour sa part Souleymane Traoré, représentant la FAO.

Au Burkina, selon Pauline Zouré, Secrétaire d’Etat chargée de l’aménagement du territoire, chaque année, environ un million d’enfants de moins de 5 ans souffrent de la malnutrition chronique. « Un enfant sur 10 souffre de la malnutrition aiguë et est à risque de décès. Ce qui représente environ 500.000 enfants », a-t-elle indiqué.

Les gouvernements, selon elle, sont par ailleurs « conscients que la nutrition est un domaine de souveraineté ». Elle a aussi fait savoir qu’au Burkina, l’on note des améliorations même si les indicateurs sont pour le moment en deçà des attentes. Pour rappel, tous les pays d’Afrique de l’Ouest, excepté le Cap Vert, ont rejoint le Mouvement Scaling Up Nutrition (SUN).

Noufou KINDO

Burkina 24



Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *