La prise en charge des personnes vivant avec un handicap préoccupe la CONFEJES

948 0

La conférence des ministres de la jeunesse et des sports de la francophonie (CONFEJES) a organisé un séminaire de formation des formateurs et d’encadreurs des personnes vivant avec un handicap pour leur offrir plus d’outils pour la prise en charge de ceux-ci. Ce séminaire va durer du lundi 7 au vendredi 11 novembre 2016.

Selon Alexandre Yougbaré (2e à partir de la gauche), la cause des personnes vivant avec un handicap est une affaire d’État
Selon Alexandre Yougbaré (2e à partir de la gauche), la cause des personnes vivant avec un handicap est une affaire d’État

Les personnes vivant avec un handicap au Burkina Faso sont souvent marginalisées lorsqu’il est question de la pratique du sport. Pour remédier à cette situation, la conférence des ministres de la jeunesse et des sports francophones s’est engagée à former des encadreurs pour faciliter leur intégration. C’est ce qui explique le séminaire de formation que cette structure organise depuis le lundi 7 novembre 2016 à l’Institut des sciences, du sport et du développement humain (ISSDH). Pendant une semaine, les stagiaires bénéficieront de modules  qui leur permettront de prendre en charge de façon efficace les personnes vivant avec un handicap.

Le ministre des sports et des loisirs du Burkina Taïrou Bangré reconnaît que cette formation va permettre une meilleure prise en charge de cette couche de la population sur la question spécifique du sport. «C’est une chance pour le département d’avoir des formateurs pour les personnes vivant avec un handicap pour les mettre sur le terrain, il faut souvent des gens compétents. Ce n’est pas toujours le cas. C’est une insuffisance qui sera corrigée», relève le ministre.

stagiaires-formations-confejes

Le Belge Jean Claude De Potter, qui assure cette formation, estime qu’il s’agit d’une nouvelle étape dans le cursus de formation des personnes vivant avec un handicap. Si les modules seront enseignés en fonction des orientations de chaque candidat et des disciplines choisies, De Potter explique qu’il s’agit aussi d’échanges d’idées, d’expérience qui « puissent bénéficier à toutes les personnes atteintes d’une déficience ou d’une différence».

Le directeur de programme de l’Éducation physique et sportive de la CONFEJES Alexandre Yougbaré estime qu’il était logique que cette structure revienne à Ouagadougou où pareil programme a commencé en 1993 pour faire un état des lieux et pour que pareille formation puisse bénéficier à toute la sous-région.

«L’intégration des personnes handicapés au niveau du sport n’est pas chose aisée. Surtout au niveau des lycées et collèges, il y a des enfants vivant avec le handicap qui sont marginalisés parce que tout simplement les professeurs d’éducations physiques ne sont pas outillés à les prendre en charge », s’indigne Guy Yaméogo, le président de la fédération burkinabè des personnes handicapées.

Toutefois, il espère que « cette formation viendra donner des capacités à ces étudiants et ces professionnels de prendre en charge ces enfants vivant avec un handicap, qui ont besoin de s’épanouir comme les autres car le sport est un droit universel».

Le plus important pour Guy Yaméogo, c’est que les stagiaires puissent enrichir leurs connaissances et les mettre au profit des personnes vivant avec un handicap. En plus des formateurs burkinabè, des experts venus du Cap Vert, de la Guinée Conakry, de la Mauritanie, de la Tunisie, de la République Démocratique du Congo et du Maroc.

Boukari OUEDRAOGO

Burkina24



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *