Burkina : Le PPR, un nième parti politique, voit le jour

524 0

Un autre parti politique vient de voir le jour au Burkina, allongeant la longue liste des formations politiques. Il s’agit du Parti du peuple républicain (PPR), créé par François Tambi Kaboré, ancien directeur de cabinet de l’« ancien nouveau chef de file de l’opposition politique » Zéphirin Diabré. La présentation du parti, affilié à la majorité politique,  a eu lieu ce mercredi 16 novembre 2016 à Ouagadougou.

Le président du PPR François Tambi Kaboré a été on ne peut un peu plus clair quant à la position adoptée par le parti. Selon lui, c’est « mus par des intérêts égoïstes, par la jalousie » que des « partis politiques, des organisations de la société civile se sont désolidarisés du choix du peuple » pour « aller s’asseoir à la même table que ceux qu’ils ont combattus et vaincus » en concluant des « alliances contre nature ».

« Je ne pars pas à la soupe »

Et pourtant, l’idéal du parti tel que dévoilé par son président, c’est « porter l’enthousiasme du peuple insurgé, de tous ceux qui sont convaincus que si les Burkinabè ne vivent pas ensemble, ne travaillent pas ensemble alors ils ne profiteront jamais ensemble dans la paix sociale des fruits de leurs efforts de développement ».

C’est ce qui explique selon lui, l’engagement du parti  aux côtés du peuple insurgé pour apporter son soutien à l’action du Président Kaboré que le peuple a choisi pour un mandat de 5 ans.

Une position que lui se refuse d’adopter en rejoignant la majorité au pouvoir. Ce n’est pas les raisons qui manquent à l’homme qui a quitté le navire de l’UPC en juillet 2016 pour conduire sa propre barque le PPR reconnu par arrêté ministériel le 26 octobre 2016. Rejoindre le parti au pouvoir, ne se résume pas selon François Tambi Kaboré à partir à la soupe. « Je ne pars pas à la soupe. Je travaille pour le pays », a-t-il dit avant d’ajouter que « si travailler pour son pays, c’est aller à la soupe, je suis allé à la soupe ».

« Moi, je ne me vois pas qualifié comme dissident » de l’UPC 

L’ancien directeur de cabinet du chef de file de l’opposition ne se qualifie pas de dissident politique. « Moi je ne me vois pas qualifié comme dissident », a dit François Kaboré. Le PPR n’a pas été créé par les dissidents d’un quelconque parti, mais à partir d’un idéal, celui de l’insurrection, fait-comprendre.

« Nous n’avons pas divorcé de qui que ce soit. On n’a pas créé le parti en réaction à un parti politique. Et je n’en veux à personne », martèle le Président du PPR. Il rejoint la majorité pour, dit-il, « travailler ensemble pour la matérialisation des préoccupations des insurgés ».

Alliés à la majorité présidentielle, les premiers responsables du parti appellent la population à « faire preuve de patience ». Au gouvernement, ils recommandent de s’organiser pour permettre une participation saine et responsable des populations au processus de développement.

Oui Koueta

Burkina24

Oui Koueta

'The vitality of a country can also be measured through that of its journalists'

Related Post

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *