France-Libye : Révélations sur trois nouvelles valises d’argent libyen offertes à Sarkozy en 2007

Selon Africanews, le site Médiapart a diffusé ce mardi 15 novembre 2016 un entretien filmé de l’homme d’affaires franco-libanais Ziad Takieddine dans lequel il affirme avoir remis trois valises d’argent à Nicolas Sarkozy et à son ancien conseiller, Claude Guéant. Cette nouvelle révélation devrait alimenter davantage le scandale de l’argent libyen dans le financement de la campagne 2007 de Nicolas Sarkozy.

Ziad Takieddine a estimé à 5 millions de dollars la valeur totale de ces trois valises dont deux ont d’abord été remises à Claude Guéant dans son bureau, alors qu’il occupait le poste de directeur de cabinet de Nicolas Sarkozy au ministère de l’Intérieur tandis que la troisième  a été remise à Nicolas Sarkozy personnellement dans son appartement privé.

Ces nouvelles données entrent dans le cadre du vaste scandale du financement de la campagne présidentielle de 2007 de Nicolas Sarkozy dans laquelle le régime de Mouammar Kadhafi aurait promis d’investir 50 millions d’euros.

“J’ai découvert des choses qui ne méritent plus d’être cachées”, a déclaré Ziad Takieddine face aux caméras de Mediapart. “Je veux dénoncer l’État mafieux dans lequel on est en train de vivre. Je n’en peux plus”, a-t-il ajouté.

A ce jour, malgré toutes ces révélations tendant à convaincre sur la véracité du financement de la campagne présidentielle de 2007 de Nicolas Sarkozy, les enquêteurs ne possèdent aucune preuve concrète pour incriminer devant un tribunal l’ancien président français.

Récemment, il a été découvert un carnet ayant appartenu à un ancien dignitaire libyen dans lequel il énumère également, dates à l’appui, des valises d’argent offertes à Sarkozy. Mais tout cela ne suffit toujours pas à incriminer Nicolas Sarkozy.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU

Burkina24                                                                                               

Source: Africanews



Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page