Burkina: Le nouveau visage de Laongo

698 0

Le vernissage de la 11e édition du symposium de la sculpture sur granit a eu lieu le mardi 15 novembre 2016 à Laongo. Plus d’une dizaine de nouvelles œuvres  viennent s’ajouter à celles des dernières éditions, au grand bonheur des touristes.

Initié pour la première fois en 1989 à travers le premier symposium dénommé « Sympo granit 89 », des artistes de nationalités diverses ne cessent de prendre d’assaut les blocs de pierre de Laongo auxquels ils donnent des formes, transformant ainsi le site en un lieu touristique.

visage-laongo
“La famille moderne”

La 11e édition lancée le 5 octobre 2016 a réuni jusqu’au 31 octobre 2016 16 plasticiens d’Afrique, de l’Europe et de l’Amérique. 10 pays différents étaient représentés :  le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, le Mali, le Togo, la France, le Cameroun, le Mexique, le Canada et le Sénégal. Cependant, seuls les nationaux étaient présents pour s’entretenir avec les autorités, le public et la presse.

laongo-masque
Le “masque royal”

Blandine Ouédraogo, l’une des femmes ayant pris part au symposium, posant à côté de son « aigle royal » en pierre, a fait part des conditions et du processus du travail. « Quand on arrive sur le site, chacun choisit sa pierre en fonction de son idée. Au début, je ne voulais pas faire l’aigle mais quand j’ai vu cette pierre, ça m’a inspirée », dit-elle.

laongo-visage-trois
Une sculpture représentant un poisson

Laongo, c’est aussi un lieu d’apprentissage et de collaboration des artistes. Pour sa première participation, Aimé Ouédraogo a sculpté un masque royal qu’il nomme « l’ange gardien du symposium » parce que, dit-il, le masque est protecteur dans la tradition. Il a aussi dit toute sa satisfaction à apprendre et à travailler aux côtés des artistes expérimentés. Il rêve de devenir un grand artiste qui voyage comme ses aînés.

laongo-visage-deux

Nikiéma Romain, qui lui est à sa 7e participation, ne dira pas le contraire. « Grâce à Laongo, j’ai été dans beaucoup de pays : la Belgique, la France, la Chine, le canada. Quand on postule à un symposium à l’extérieur, on envoie ce que j’avais déjà fait à Laongo et on a la chance d’être retenu », a-t-il expliqué.

Plus de regard sur Laongo

Ce musée à ciel ouvert constitue par son originalité un patrimoine culturel exceptionnel qui attire de nombreux touristes. Selon les statistiques de l’Office national du tourisme au Burkina, en 2013, les recettes étaient de plus de onze millions de F CFA pour plus de quatorze mille fréquentations.

laongo-visage-deux-trois
La musique a aussi été immortalisée sur le granit. Ici, un joueur d’accordéon

Cependant, des efforts restent à faire, selon  Ky Sidiki, initiateur et commissaire du symposium. Il n’a pas manqué de dire son désarroi face au désintéressement des autorités burkinabè en ce qui concerne ces  lieux.

La chefferie traditionnelle mise en valeur
La chefferie traditionnelle mise en valeur

« Rendez-vous compte que ce site est unique en son genre. Laongo est le seul site de sculpture au monde et les gens ne connaissent pas l’existence. C’est lorsque les gens viennent  voient ça qu’ils se demandent: “mais comment vous pouvez avoir ça chez vous et on n’en parle pas ?», explique-t-il.

laongo-urneIl revient alors sur ses recommandations maintes fois formulées à l’endroit des premiers responsables pour plus de visibilité du site. Il s’agit, entre autres, de la création d’un site et d’un catalogue pour répertorier toutes les œuvres.

"L'aigle royal"
“L’aigle royal”

Revelyn SOME

Burkina24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre