Côte d’Ivoire : Le CAMJBCI réfléchit sur les principes fondamentaux de la paix

565 0

Le Collectif des Associations et Mouvements de Jeunesse Burkinabè en Côte d’Ivoire a organisé le mardi 15 novembre 2016 dans le cadre de la célébration de la Journée Nationale de la Paix, une Conférence Publique portant sur le thème de ‘’Jeunesse Paix et Développement dans l’espace sous régional’’. La ville de Yamoussoukro, la capitale politique ivoirienne, terre natale du père fondateur de la Côte d’Ivoire, Félix Houphouët-Boigny considéré l’apôtre de la paix, a abrité cette cérémonie marquée par des communications dont notamment celle du Pr Musa David Soro, Directeur Général du Bureau Ivoirien de la Promotion de l’Intégration (BIPIA) et Sibry Tapsoba, Directeur du Département d’appui aux pays en transition à la Banque Africaine de Développement (BAD).

Intervenant en premier lieu, Sibry Tapsoba, Directeur du Département d’appui aux pays en transition à la Banque Africaine de Développement (BAD), a insisté sur le couple indissociable du développement et de la paix. « Je tiens à vous convaincre qu’il ne pourrait y avoir de développement sans paix et vice-versa », dit-il.

L’économiste burkinabè à la BAD a tenté de définir la notion de paix qui pour lui trouve son sens dans « le droit à l’éducation, l’accès aux services de base, l’inclusion sociale, une véritable politique de l’emploi-jeunes. C’est ça la paix car une jeunesse marginalisée et frustrée est une bombe », a-t-il martelé.

Sibry Tapsoba Directeur du Département d’appui aux pays en transition à la Banque Africaine de Développement (BAD).
Sibry Tapsoba Directeur du Département d’appui aux pays en transition à la Banque Africaine de Développement (BAD).

Sibry Tapsoba estime que les jeunes sont une force qui détient les clés pour changer le cours de l’histoire d’un pays. « Il faudra alors, s’adressant aux gouvernants africains, œuvrer à la réduction de l’analphabétisme et adopter un système d’instruction des jeunes qui met en adéquation la formation et les besoins de l’emploi », car, souligne-t-il, «l’analphabétisme est grave pour la Démocratie et la croissance économique».

Le second conférencier, le Professeur Musa David Soro, Directeur Général du Bureau Ivoirien de la Promotion de l’Intégration (BIPIA) , a, pour sa part, insisté sur l’axe principal ouvert par son prédécesseur issu de la Banque Africaine de développement, Sibry Tapsoba, à savoir  que la paix devrait être au cœur des politiques de développement dans les Etats. Pour lui, le développement est la conséquence inévitable de la stabilité et de la paix dans les Etats.

Le Directeur Général du Bureau Ivoirien de la Promotion de l’Intégration (BIPIA)  a invité la jeunesse africaine a devenir un véritable acteur de développement.

‘’Rien de grand ne peut se construire sans la paix. Soyez positifs et refusez les raccourcis’’, a-t-il prodigué comme conseil aux jeunes.

Moussa Zallé et Hamed Savadogo, respectivement président et vice-président du Camjbci.
Moussa Zallé et Hamed Savadogo, respectivement président et vice-président du Camjbci

Hamed Savadogo, le vice-président du CAMJBCI, a clôturé cette manifestation riche en couleurs et enseignements avec l’installation du point focal de son organisation à Yamoussoukro.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU

Burkina24

 



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *