Santé sexuelle de la reproduction : SOS/jeunesse et défis cogite

163 0

Dans le cadre de la capitalisation des bonnes pratiques sur la santé sexuelle de la reproduction, l’association SOS/jeunesse et défis a organisé un atelier 24 au 25 novembre 2016 à Ouagadougou. Cette rencontre vise à promouvoir des actions innovantes sur la planification familiale du Burkina durant la période 2016-2020.

Au Burkina, le taux de prévalence contraceptive chez les femmes est de 25,5%, le taux de fécondité chez les adolescentes est de 14% et le taux d’utilisation des méthodes contraceptives est de 31,1%.

Dr Ramatou Sawadogo, directrice de la santé de la famille, ajoute que le taux de prévalence contraceptive du Burkina est de 22,5% avec un taux de fécondité de 5,4 enfants par femme.

C’est dans cette optique de contribuer à résorber les problèmes de coordination et de capitalisation des actions innovantes que l’association SOS/jeunesse et défis en collaboration avec l’ONG ASMADE a organisé un atelier de concertation du 24 au 25 novembre 2016 à Ouagadougou entre les organisations leaders de promotion de la santé de reproduction et la planification familiale (SR/PF) au profit des jeunes. Cette rencontre visait à contribuer, à capitaliser les bonnes pratiques en matière de santé de reproduction et de la planification familiale  en direction des jeunes en vue de leur intégration dans le plan d’accélération de 2016-2020.

« Nous allons présenter les résultats atteints de 2013-2015 et les défis à relever pour la période 2016-2020  »,  déclaré Dr Ramatou Sawadogo.

Les participants à l'atelier
Les participants à l’atelier

Aussi, ces deux jours de réflexion permettront d’identifier, de promouvoir et de partager les expériences à travers des projets innovants visant à favoriser l’accès des jeunes et des adolescents aux services SR/PF.

Selon Célestin Compaoré, coordonateur de l’association, le présent atelier vise à promouvoir les actions innovantes, faire le point des actions qui existent au Burkina en matière d’accès des jeunes au service de santé et de la reproduction et recommander pour que cela soit pris en compte dans le futur plan de relance sur la planification familiale de 2016-2020.  « C’est aussi échanger avec le ministère de la santé sur les résultats de l’évaluation du plan de relance planification familiale pour la période 2013-2015 », a-t-il ajouté.

Pour cette rencontre, c’était au total 50 participants membres du groupe techniques de la santé de reproduction (GT/SR) et d’autres organisations leaders de promotion de la SSR/PF des jeunes.

A l’issue de cet atelier, une synthèse des bonnes pratiques en matière de promotion de la  SR/PF des adolescents et des jeunes sera transmise au ministre de la santé du Burkina en vue de son intégration dans le prochain plan  d’accélération.

Jules César KABORE

Burkina24

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre